lundi 29 février 2016

Quand un journaliste allemand interviewe un terroriste dans un café turc


Les terroristes du Front al-Nosra cherchent à pousser la Russie à violer la trêve en Syrie, estime un journaliste du quotidien allemand Die Welt, qui a réalisé une interview d’un djihadiste affilié à ce groupe dans un café turc.
Bien que le fait même qu'un journaliste européen s'entretienne avec un djihadiste en Turquie soulève beaucoup de questions, l'interview fournit des informations intéressantes sur les projets des extrémistes.


Le djihadiste, âgé de 37 ans, s'est présenté comme Abu Mussab al-Syri. Selon lui, la trêve établie en Syrie le 27 février par les efforts conjoints de la Russie et des États-Unis constitue "une bêtise extrême".

Il est à noter, poursuit Die Welt, que la trêve en question ne concerne pas le Front al-Nosra (affilié à Al-Qaïda) ainsi que le groupe terroriste Daech, si bien que les Forces aériennes russes et américains continueront d'effectuer des frappes contre eux.

Toujours est-il qu'Abu Mussab se soucie fort peu des bombes, fait remarquer le quotidien. Le terroriste estime que son groupe, qui comprend au moins 10.000 combattants, bénéficie d'un pouvoir considérable en Syrie et n'hésitera pas à mettre un terme au cessez-le-feu dans le pays.

"Le Front al-Nosra aspire à ce que l'accord sur le cessez-le-feu en Syrie se solde par un échec. A ces fins, ils ont déjà élaboré une stratégie à suivre, celle consistant à provoquer la Russie en temps opportun", poursuit Die Welt.

Selon le journal, les terroristes du Front al-Nosra, épaulés par certains groupes de "l'opposition syrienne modérée", font la guerre à l'armée gouvernementale syrienne dans le nord du pays. Alors qu'au cours des derniers mois, certains djihadistes auraient quitté la région, un nombre important de terroristes reste toujours déployé sur les lignes de front.

"Par le biais d'une offensive ciblée, le Front al-Nosra compte pousser les Forces aériennes russes à riposter séance tenante, si bien que les des groupes plus modérés mais combattant avec les extrémistes se retrouveraient dans la ligne de tir. Dans ce cas de figure, la trêve serait rompue sans autre forme de procès", a expliqué le djihadiste.

Et de conclure: "La guerre civile en Syrie ne touchera pas à sa fin tant que le président Bachar el-Assad tiendra les rênes du pouvoir. (…) Il est indispensable de lutter contre son régime, le reste relève des illusions".

Le Front al-Nosra est une branche d'Al-Qaïda qui cherche à renverser le gouvernement en Syrie. Damas mène pour sa part des opérations militaires contre des combattants de différents groupes djihadistes, notamment l'Etat islamique.


Le weekend dernier, le Front al-Nosra a reconnu avoir perdu environ 300 membres dans les combats à Rityan, dans le nord de la province d'Alep.

La Syrie est le théâtre d'un conflit armé depuis mars 2011. Selon l'Onu, les hostilités ont déjà fait plus de 220.000 morts dans le pays. Les troupes gouvernementales combattent les groupes terroristes dont les plus dangereux sont l'Etat islamique (Daech) et le Front al-Nosra.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire