lundi 8 février 2016

L’indice Baltic Dry s’enfonce pour la première fois de son histoire sous les 300 points


Avant cette année 2016, le niveau le plus faible qu’avait atteint l’Indice Baltic Dry (BDI) était 556 points en Août 1986 alors que le niveau le plus élevé fût atteint en juin 2008 avec 11.612 points.
Aujourd’hui, nous venons de voir l’indice de fret attendre un nouveau plus bas historique en ayant franchi à la baisse le seuil des 300 points à 297 points, c’est presque 50% en dessous du plus bas historique précédent.


Les matières premières montrent quelque chose de très différent de ce que peuvent montrer les indices…

Et comme le souligne Dana Lyons, bien sûr, une grande partie des données du BDI découlent du prix des matières premières. Compte tenu de la spirale déflationniste dans les matières premières, la baisse du BDI à des plus bas historiques ne devrait pas être un choc.

Cependant, le fait que l’indice Baltic Dry touche le fond est assez alarmant et montre les difficultés que rencontre le commerce mondial.

Il suggère également peut-être que la pression déflationniste n’est pas seulement un problème d’approvisionnement. Si l’on prend en compte chaque baisse observée de l’indice Baltic Dry depuis le seuil des 500 à 600 points, à chaque fois, l’indice avait immédiatement rebondit comme si la demande latente attendait juste que les prix soient plus faibles. Mais cette événement n’a pas encore eu lieu cette fois-ci, alors que les prix sont 45% en dessous du plus bas historique précédent.

L’indice Baltic Dry est devenu ces dernières années le sujet de discussion à la mode pour évoquer l’évolution du commerce mondial et la situation économique. La vérité est que personne ne sait jamais vraiment avec certitude ce qu’il se cache derrière le comportement de cet indice. Cela dit, sa plongée récente fait qu’il reste très difficile de concevoir que cela traduit quelque chose de positif en termes d’économie mondiale et de pressions déflationnistes.

Et enfin, il n’y a pas que les matières premières et l’indice Baltic Dry qui sont au point mort, comme le rapporte le site gCaptain, l’un des plus grands porte-conteneurs du monde qui s’est échoué dans l’Elbe en Allemagne qui mène au port de Hambourg. Le navire CSCL Indian Ocean a échoué mercredi soir suite à une défaillance mécanique apparente.

Une tentative pour renflouer le navire vers midi a échoué.

Le Commandement pour les urgences maritimes (CCME) basé en Allemagne dit qu’il a été en contact avec le propriétaire du navire et ils sont en cours d’élaboration d’un plan de sauvetage. Une deuxième tentative de renflouement du navire est prévue lors de la marée haute, jeudi soir.
Un survol de la zone jeudi montrait aucun signe de pollution. Aucun dégât n’avait été détecté.

Le grand navire porte-conteneurs “CSCL Indian Ocean” battant pavillon hongkongais mesure 399,6 mètres de long et 58,6 mètres de large. Le navire appartient à la China Shipping Container Lines, qui fait partie de la China Shipping Group. Il est l’un des 5 navires de la CSCL qui peut transporter 19.100 conteneurs de vingt pieds.

L’incident a eu un impact mineur pour le trafic maritime sur le fleuve de l’Elbe.

Le CSCL Indian Ocean fait partie d’une nouvelle génération de porte-conteneurs géants destinés à transporter plus de 18.000 conteneurs de 20 pieds et sont utilisés pour le transport de marchandises de l’Asie vers l’Europe du Nord.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire