vendredi 28 décembre 2018

Strasbourg : Castaner venait de rencontrer Netanyahou


Juste avant l'étrange tuerie dite "terroriste" de Strasbourg, le ministre de l'Intérieur avait été en contact direct -et sans motif légitime- avec le Premier ministre israélien. La preuve en sources.


Ce détail -dans lequel s'est niché le diable- avait échappé à l'auteur de ces lignes.

Le 11 novembre 2018 -soit 30 jours exactement avant le mystérieux "attentat" de Strasbourg, Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur en poste depuis moins d'un mois, a eu une opportunité rare, voire privilégiée sur le plan protocolaire : participer aux côtés du Premier ministre israélien à une cérémonie évoquée par Panamza et dédiée aux soldats juifs tombés durant la première guerre mondiale.

 Une anomalie interpelle : pourquoi lui ?

La représentation du gouvernement français aurait dû normalement incomber à Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'État en charge des anciens combattants et de la "politique mémorielle" auprès de la ministre des armées.

Certes : Castaner –dans la droite ligne judéosioniste de son ami Valls– est aussi en charge des cultes mais il ne s'agissait pas là d'une cérémonie cultuelle.

Personne n'imagine que le ministre de l'Intérieur, sous prétexte de son rôle d'intermédiaire auprès des églises, mosquées et synagogues puisse -par exemple- se manifester à chaque festival culturel dédié à l'histoire de l'architecture chrétienne, aux arts islamiques ou au folklore juif…

Reste la question : pourquoi Castaner a-t-il été mis en contact avec Netanyahou, dirigeant d'un pays dont certains ressortissants ont joué un rôle-clé dans la diffusion de la thèse d'un tireur "djihadiste"….?

Sans doute que son bras droit Laurent Nunez, ancien patron de la DGSI et proche de l'extrême droite israélienne, serait en mesure d'apporter une réponse.

police-nunez-ghozlan

À suivre…

Source : http://www.panamza.com

1 commentaire:

  1. Bonjour,

    Au point où se trouve le gouvernement Macron et le Président lui-même, la France n'est plus à un détail de l'histoire près...

    Bien à vous.

    RépondreSupprimer