mardi 11 décembre 2018

Quand le Sénat vote l'allègement de l'exit tax juste avant l'adresse d'Emmanuel Macron à la nation


Alors que le président de la République, Emmanuel Macron, annonçait à la télévision des mesures censées augmenter le pouvoir d’achat des Français sur fond de mobilisation des Gilets Jaunes, le Sénat votait... l'allègement de l'«exit tax».


C'est un hasard malencontreux du calendrier parlementaire, un de ces «en même temps» macroniens que les internautes n'ont pas manqué de relever... Peu avant l'adresse à la nation du chef de l'Etat, lors de laquelle Emmanuel Macron a annoncé des mesures ayant destinées à augmenter le pouvoir d'achat des Français, la chambre haute du Parlement prenait en effet une décision prenant à rebrousse-poil l'esprit des revendications des Gilets jaunes.

Les sénateurs ont en effet voté à 19h, soit une heure avant la prise de parole publique du locataire de l'Elysée, l'allègement de l'exit tax, une mesure proposée par Emmanuel Macron en mai dernier. L'exit tax visait à taxer à hauteur de 30% les plus-values réalisées par la vente d'actions par des Français domiciliés à l'étranger. Cette dernière a été très largement assouplie par le Sénat : alors qu'elle était applicable pendant les 15 ans faisant suite au déménagement des ménages concernés, elle ne l'est désormais que pendant deux à cinq ans.

«Voilà l’hypocrisie de Macron et son gouvernement !», a commenté Olivier Faure

Cette mesure fiscale était défendue par la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher. Elle a été vivement contestée en séance par des sénateurs de gauche. «Voilà l’hypocrisie de Macron et son gouvernement !», a de son côté fulminé le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, dans la foulée du discours présidentiel. «Ce soir à 19h, le Sénat a voté la fin de l’exit tax ! Vous pouvez maintenant vous exiler fiscalement à l'étranger sans payer d’amende», a-t-il commenté, s'indignant : «Rien n'a changé...»



Sur le plateau de BFM TV, Olivier Besancenot, qui s'est présenté à deux reprises à la magistrature suprême (LCR puis NPA), a ironisé : «Y'a pas eu un vote là, il y a quelques heures au Sénat, sur les exilés fiscaux ?» Alors que le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt, défendait devant lui les mesures annoncées par Emmanuel Macron, le postier des Hauts-de-Seine fulminait : «C'était il y a deux-trois heures. Au même moment où vous nous faites ce type de discours, où vous faites le service après-vente».

Un timing pour le moins malencontreux, qui n'a pas échappé à de nombreux internautes.





Source : https://francais.rt.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire