mardi 28 août 2018

MACRON VA FINIR LE TRAVAIL: MORT AUX PAUVRES, AUX RETRAITES, AUX VEUVES ET FAMILLES NOMBREUSES


C'était à la une des journaux vendredi dernier, et cela juste avant la rentrée: "le Premier Ministre va économiser 3 milliards sur les prestations sociales". Titre que vous pouvez traduire par "L'Etat va voler 3 milliards d'euros dans les poches des Français."

Evidemment la presse aux ordres n'a pas osé. Elle vous a emballé ça dans un titre neutre, pas agressif pour un rond, enfin si: 3 milliards d'euros.

Que les sans-dents gardent leur calme, qu'ils ne s'énervent pas.

Cette pathétique entourloupe médiatique n'a pas échappée ni à Laurent Wauquiez, ni à Jean-Luc Melenchon, ni à Nicolas Dupont-Aignan qui ont réagi immédiatement. Le premier a demandé à Macron de "Rendre l'Argent" lors de sa conférence de dimanche au cours de laquelle il a décidé d'enfiler les bottes de Marine Le Pen (!!!). Le second a demandé à ce que les élections européennes deviennent un "référendum anti-macron" et le troisième, NDA, s'est fendu d'un communiqué de presse:

"Edouard Philippe prémédite l’assassinat des retraités dans son budget 2019"... (entre-nous je ne comprends pas pourquoi l'usage du verbe préméditer ?) "

Le quinquennat d’Emmanuel Macron s'annonce dévastateur pour les retraités. A l’instar de l’ensemble des prestations familiales (allocations familiales, allocation de rentrée scolaire, prime de naissance, complément de libre choix du mode de garde, etc.), des APL, des pensions d’invalidité ou encore des rentes accident du travail-maladie professionnelle, les pensions de retraite n’évolueront plus en fonction du niveau d’inflation, comme c’était le cas tous les ans en avril.

Après avoir supporté en 2018 une diminution nette de leurs pensions à cause de la hausse de 25% du taux normal de CSG (de 6,60 à 8,30%), nos 16 millions de retraités verront leurs pensions désindexées de l’inflation. Afin de maquiller cette mesure d’austérité, le Gouvernement annonce une augmentation de seulement 0,3% des pensions… bien en deçà de l’inflation qui devrait s’accélérer en 2019 pour atteindre près de 2% : nous assistons donc à une véritable amputation directe du pouvoir d’achat des retraités, avec un rabot de presque 2 points de leurs pensions. D’autant que l’inflation réduira mécaniquement l’épargne des Français qui ont économisé toute leur vie et de ceux soucieux d’anticiper leurs retraites, qui plus est avec des taux d’intérêt conjoncturellement bas. Avec une pension moyenne de 1389 eurosmois, près d’1 retraité sur 10 vit actuellement sous le seuil de pauvreté. La politique d’Emmanuel Macron plonge progressivement les retraités dans la pauvreté.

Et pas que les retraités !!!

Je pense que Nicolas Dupont-Aignan n'a pas dû faire ses courses depuis longtemps, car il nous donne l'inflation "officielle" de 2%... alors qu'en réalité elle est entre 5% et 8%, autrement dit, je résume, les retraités se feront voler chaque année de 5% minimum.

Dans le temps, Keynes appelait ça "L'euthanasie des rentiers", sauf que Keynes parlait des riches Anglais oisifs, aristocrates héritiers de père en fils, qui ne travaillaient pas et vivaient sur leurs rentes. Il ne parlait pas des retraités que les médias actuels font passer (c'est Sioux) pour des rentiers, remarquez-le bien.

Edouard Philippe ne fait qu'imiter le gouvernement grec de 2009: austerité massive qui commence avec le massace des retraités. D'abord -10%, puis -20%, etc, et au final en 2018 le retraité grec se retouve avec 20% de ce qu'il aurait dû toucher normalement.


 Comme je vous l'ai annoncé depuis des années, la France vivra la même chose que les Grecs, simplement parce que par tête d'habitant le Français est largement plus endetté que le Grec. Revue de Presse par Pierre Jovanovic

Aucun commentaire:

Publier un commentaire