vendredi 22 juin 2018

Le Fake News du TIME



La fillette en larmes en une du "Time" n'a pas été séparée de sa famille, assure le Honduras
Le père de la fillette a également confirmé au "Washington Post" que sa femme n'avait pas été séparée de la petite Yanela.

En quelques jours, elle est devenue le symbole de la politique anti-migratoire de Donald Trump. Mais la fillette en larmes en une du Time en larmes face au président américain n'a pas été séparée de sa famille à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, a assuré vendredi 22 juin le gouvernement du Honduras.


"La fillette, qui va avoir deux ans, n'a pas été séparée" de ses parents, a déclaré la responsable de la direction de protection des migrants au ministère des Affaires étrangères du Honduras, Lisa Medrano.

Retenue avec sa mère dans un centre pour migrants

Le père de la fillette, Denis Varela, a également confirmé au Washington Post que sa femme Sandra Sanchez, 32 ans, n'avait pas été séparée de la petite Yanela et que les deux sont actuellement retenues
dans un centre pour migrants dans la ville de McAllen, au Texas.

Le Time a édité la photo de la petite fille pour la montrer seule, sur un fond rouge, et l'image a été largement reprise sur les réseaux sociaux par les opposants à Trump pour dénoncer sa politique, depuis abandonnée, de séparer les familles d'immigrants clandestins à la frontière.

Cette image, prise par le photographe John Moore, a largement contribué à alerter l'opinion. "Je savais qu'à la prochaine étape de leur voyage, dans ce centre de rétention, elles allaient être séparées", a-t-il raconté à franceinfo, pensant que Yanela allait subir le même sort que les plus de 2300 mineurs séparés de leurs parents entre le 5 mai et le 9 juin, en vertu de la politique de "tolérance zéro" du président américain.

Depuis, Donald Trump a fait marche arrière sur cette politique, très critiquée aux États-Unis et à l'internationale, et signé mercredi un décret mettant fin à ces séparations.

Source : https://www.francetvinfo.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire