lundi 2 avril 2018

Pourquoi Paris est impliqué dans l’enquête sur Skripal? Moscou pose 14 questions à Londres


Le ministère russe des Affaires étrangères a dressé une liste de 14 questions concernant l’affaire Skripal dont certaines visent à savoir pourquoi les autorités britanniques ont décidé d’associer la France à l’enquête.

La diplomatie russe a publié sur son site une liste de 14 questions que Moscou a adressée à Londres en lien avec l’empoisonnement de Sergueï Skripal et sa fille à Salisbury.

1. Pourquoi la Russie se voit-elle refuser le droit d'accès consulaire à deux citoyens russes qui ont été blessés sur le territoire britannique?

2. Quels antidotes spécifiques et sous quelle forme ont-ils été administrés aux victimes? Comment ces antidotes se sont-ils retrouvés en la possession des médecins britanniques sur les lieux?

3. Pour quels motifs la France a été associée à la coopération technique dans l'enquête sur l'incident dans lequel des citoyens russes ont été blessés?

4. Le Royaume-Uni a-t-il informé l'OIAC [l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, ndlr] de l'implication de la France dans l'enquête sur Salisbury?

5. Qu'est-ce que la France a à voir dans l'incident avec deux citoyens russes au Royaume-Uni?

6. Quelles règles de la législation procédurale du Royaume-Uni permettent d'associer un État étranger à une enquête interne?

7. Quelles preuves ont été transmises à la France pour qu'elle étudie et mène sa propre enquête?

8. Des spécialistes français ont-ils participé à l'échantillonnage du matériel biologique de Sergeï Skripal et d’Ioulia Skripal?

9. Des spécialistes français ont-ils étudié des échantillons du matériel biologique de Sergeï Skripal et d’Ioulia Skripal, et dans quels laboratoires ces études ont été menées?

10. Le Royaume-Uni dispose-t-il des éléments de l’enquête française?


11. Les résultats de l'enquête française ont-ils été transmis au secrétariat technique de l'OIAC?

12. Sur la base de quels signes «l'origine russe» de la substance utilisée à Salisbury a été établie?

13. Le Royaume-Uni dispose-t-il d'échantillons de contrôle de l'agent de guerre chimique que les représentants britanniques appellent le Novitchok?

14. Le Royaume-Uni a-t-il développé des échantillons de l'agent de guerre toxique de type Novitchok (selon une terminologie britannique) ou ses analogues.

Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.


Par la suite, 18 pays de l'UE ainsi que les États-Unis, le Canada, la Norvège, l'Ukraine, l'Albanie, le Monténégro et la Moldavie ont annoncé leur décision d'expulser des diplomates russes dans le cadre de l'affaire Skripal. Le plus grand nombre de Russes a été expulsé des États-Unis, soit 48 diplomates et 12 employés de la mission russe auprès de l'Onu. Washington a par ailleurs ordonné la fermeture du consulat général russe à Seattle. Le nombre de diplomates expulsés dans le cadre de l'affaire Skripal avoisine désormais les 151 personnes du côté occidental et plus de 300 au total des deux côtés.

Source : https://fr.sputniknews.com

2 commentaires:

  1. Anonyme3.4.18

    j'ai honte a la FRANCE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer