jeudi 22 mars 2018

Une étude de Harvard confirme une technique utilisée il y a 2 500 ans pour augmenter l’espérance de vie


Des scientifiques de Harvard viennent peut-être de confirmer indirectement qu’une technique utilisée il y a plus de 2 500 ans par d’anciens prêtres en Égypte, peut augmenter votre espérance de vie.


Les références historiques suggèrent qu’il y a plus de 2 500 ans, la “famine” intermittente était utilisée dans l’Égypte ancienne, l’Inde et la Grèce, pour renforcer le corps et augmenter la durée de vie. De nombreuses sources écrites de différentes civilisations à travers le monde, indépendamment de la religion ou du territoire, mentionnent le jeûne et ses nombreux bienfaits.

Une étude de l’Université Harvard a montré que le jeûne intermittent et la manipulation des réseaux mitochondriaux peuvent augmenter la durée de vie.

    “Bien que des travaux antérieurs aient déjà montré comment le jeûne intermittent peut ralentir le vieillissement, nous commençons à peine à comprendre la biologie sous-jacente.”

Comme l’ont noté des chercheurs, une étude a montré qu’en manipulant les réseaux mitochondriaux à l’intérieur des cellules (soit par des restrictions alimentaires, soit par des manipulations génétiques qui les imitent), il est possible d’augmenter la durée de vie et contribuer à promouvoir la santé.

Un groupe de chercheurs de la prestigieuse Université Harvard a publié un article dans la revue Cell Metabolism, qui détaille les progrès réalisés dans la recherche sur les connexions mitochondriales et explique comment le jeûne intermittent est crucial pour augmenter la durée de vie.

Selon les rapports, les scientifiques ont réussi à arrêter, dans une famille de vers de terre appelée Caenorhabditis elegans, le vieillissement des mitochondries, les organites cellulaires responsables de fournir l’énergie pour l’activité cellulaire, soumettant les animaux à des jeûnes périodiques.

Cela a considérablement prolongé la courte espérance de vie des vers de terre, qui, dans des circonstances ordinaires, n’est que de deux semaines.

Selon les chercheurs, les restrictions alimentaires et le jeûne intermittent ont montré dans le passé qu’il est possible d’améliorer la santé pendant la vieillesse, comprendre pourquoi ce phénomène se produit est une étape cruciale vers l’utilisation thérapeutique de ses bienfaits.

“Notre travail montre à quel point la plasticité des mitochondries est cruciale pour les bienfaits du jeûne”, ont-ils expliqué, mais ils ont souligné qu’il est nécessaire d’étudier plus en profondeur ce processus biologique complexe pour arriver à des conclusions définitives.

Lire la suite sur https://www.anguillesousroche.com

5 commentaires:

  1. Anonyme23.3.18

    Je confirme par mon expérience perso. mais allez voir les résultats qu'obtiennent les "Respirationistes" et que je tenterais prochainement, à suivre ... cordialement.

    RépondreSupprimer
  2. Le jeûne intermittent est tellement nécessaire au renouvellement des cellules et à la régénération qu'on le réalise chaque jour sans le vouloir les 3/4 du temps ! ;)

    RépondreSupprimer
  3. Erreur dans le ratio : 1/3 du temps

    RépondreSupprimer
  4. Erreur dans le ratio : 1/3 du temps

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme26.3.18

    les savants qui ne savent rien les chercheurs qui ne cherchent rien les scientifiques qui se prennent pour les meilleurs et qui induisent en erreur voila qu'ils vont essayer de faire croire qu'ils vont découvrir ce que les naturopathes et naturothérapeutes savent depuis des siècles
    le jeûne qui guérit, répare, élimine et reconstruit
    par son intelligence fantastique le corps et l'esprit sans que nous en soyons conscients, a un potentiel de vie qui régule, contrôle, coordonne toutes les fonctions vitales de l'organisme
    le jeûne entraîne la mise à jour éliminatoire qui en supprimant l'alimentation étant le plus gros travail pour l'organisme, va dispatcher l'énergie qui était consacrée à la digestion pour la placer sur l'activation des éliminations, puis ensuite le jeûne par le repos physiologique va permettre la restauration des fonctions de certains organes et enfin par l'autolyse contrôlée le jeûne va entraîner la destruction de tout ce qui n'est pas essentiel à la vie, (tumeurs, etc) en fonction de l'importance des tissus (ne sera pas détruit les tissus nobles comme le coeur, système nerveux etc.) pour continuer à nourrir les tissus essentiels à la vie.

    RépondreSupprimer