lundi 18 décembre 2017

Fin de la neutralité du Net : la résistance s’organise


Face au risque de voir disparaître la neutralité du Net, certains envisagent de devenir leur propre fournisseur d’accès. Mais mettre en oeuvre un tel projet est loin d’être simple.


Maintenant que la neutralité du Net est morte et enterrée aux Etats-Unis, que faut-il faire ? Pleurer sur son sort et attendre que les opérateurs introduisent des tarifs premium pour certains services ou types de données ? Certains Américains ont décidé de se prendre le problème à bras le corps. Et veulent sauver la neutralité du Net en devenant leurs propres fournisseurs d’accès. Le magazine Motherboard, qui appartient à Vice Media, annonce ainsi vouloir créer un réseau d’accès communautaire à Brooklyn, où est situé leur siège.

D’autres initiatives de ce type existent déjà, comme le réseau NYC Mesh à New York ou The Equitable Internet Initiative à Detroit. En Europe, des initiatives de ce genre existent également. C’est le cas, par exemple, de French Data Network (FDN) en France ou Guifi.net en Espagne. « Comme ces réseaux ont été construits pour aider leurs communautés plutôt que leurs propriétaires, ils mettent l’accès sur la protection des données personnelles et respectent la neutralité du Net. Ces réseaux prouvent qu’un meilleur Internet est possible », estime Motherboard, qui prévoit de publier en 2018 un guide pour créer soi-même un fournisseur d’accès Internet.

Un parcours semé d’embûches

Cet idéalisme est très louable, mais les obstacles sont nombreux. Car devenir son propre fournisseur d’accès est loin d’être simple. C’est un projet d’envergure qui nécessitent des compétences techniques et juridiques pointues. Récemment, un ingénieur réseau l’a fait pour la forme. Il a détaillé toutes les étapes dans une note de blog. Pour commencer, il faut déjà avoir un paquet d’adresses IP et un numéro de « système autonome », qui va identifier le réseau du FAI vis-à-vis des autres réseaux qui forment l’Internet. Pour cela, il faut généralement faire la demande auprès d’un organisme de gestion des adresses IP tel que l’ARIN pour l’Amérique du nord ou RIPE NCC pour l’Europe. C’est un peu d’argent et beaucoup de paperasse.

Mais avoir des adresses et un identifiant n’est pas suffisant. Il faut également s’interconnecter avec d’autres réseaux pour que les utilisateurs puissent accéder à tous les recoins de la Toile. Ces interconnexions se font souvent par des accords dits de « peering », ou d’échange de flux. Ces accords sont d’une extrême importance pour le fonctionnement du réseau. Le FAI qui n’a pas de bons accords de peering ne pourra pas garantir une bonne qualité de service. Le hic, c’est que ces accords sont très opaques et compliqués à mettre en œuvre.

Le très haut débit est rare

Enfin, il ne faut pas oublier le challenge technique lié à l’acheminement des données. Il faut faire l’acquisition de puissants routeurs et savoir configurer leurs tables de routage. Il faut également disposer d’une boucle locale pour connecter physiquement les utilisateurs au réseau. Les techniques sont diverses. FDN propose de l’ADSL dégroupé, Guifi.net plutôt des liaisons sans fil. La fibre optique est encore rare. Préserver la neutralité du Net est donc possible avec ces projets, mais il ne faut pas espérer faire du streaming vidéo en HD. Pour l’instant, l’intérêt reste donc marginal, en tous les cas pour la majorité des Internautes.

Source : http://www.01net.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire