lundi 14 août 2017

Les volcans responsables de la fonte des glaces en Antarctique ?


91 nouveaux volcans prisonniers des glaces ont été découverts

Si l'on en croit ces dernières conclusions, 138 volcans peupleraient actuellement l'Antarctique, principalement sur la côte ouest du continent austral. 


À Lire aussi : Un volcan en activité se cacherait sous les glaces de l’Antarctique
                    :  Sous la glace, le feu




En Antarctique, les glaciers regorgent de mystères bien gardés. Ces majestueux blocs de glace font donc l'objet de nombreuses études scientifiques. Des chercheurs britanniques ont ainsi découvert la trace de 91 volcans en Antarctique. Jusqu'à présent, on en dénombrait seulement 47 sur le continent austral.

Les trouvailles de ces trois scientifiques font l'objet d'un rapport publié dans la revue The Geological Society. Grâce à cette dernière étude, 91 volcans ont donc été identifiés en Antarctique. Si l'on en croit ces dernières conclusions, 138 volcans peupleraient actuellement l'Antarctique.

Ces orifices se situent principalement sur la côte ouest du continent austral. Selon The Guardian, cette découverte fait de l'Antarctique la région la plus volcanique de la Terre. L'altitude de ses volcans est comprise entre 100 et 3.850 mètres.

Cela pourrait déstabiliser la couche de glace située dans l'ouest de l'Antarctique.

Pour détecter cette vaste région volcanique, les scientifiques ont utilisé un radar censé détecter la présence de basalte, cette roche volcanique issue d'un magma refroidi. Cette méthode utilisée par les chercheurs ne permet cependant pas de savoir si le volcan est actif ou inactif.

Les experts planchent désormais pour connaître l'activité de ces cônes terrestres. "Si l'un de ces volcans entre en éruption, cela pourrait déstabiliser la couche de glace située dans l'ouest de l'Antarctique", a précisé l'un des auteurs du rapport dans une interview donnée au Guardian. 
Une destruction massive de la glace

En réalité, selon la puissance de l'éruption, son impact serait nettement différent. Une minime éruption pourrait presque passer inaperçue sur le continent blanc. Elle pourrait ne pas traverser la glace et ainsi ne libérer aucun nuage de cendres. À l'inverse, si le réveil du volcan enfoui s'avère particulièrement brutal, cela pourrait conduire à une destruction massive de la glace avoisinante. La température de la lave en fusion serait évidemment responsable de la fonte de la glace du continent blanc. 

En 2010, l'éruption d'Eyjafjöll, un massif volcanique endormi depuis près de 190 ans avait paralysé l'Europe. La libération d'un épais nuage de cendres avait provoqué l'annulation de plusieurs milliers de vols d'avions.

Source : http://www.rtl.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire