jeudi 20 juillet 2017

Bernard-Henri Lévy, interlocuteur incontournable des présidents français ?


Les présidents sont éphémères à l'Elysée, pas Bernard-Henri Lévy. Le philosophe engagé a ainsi rencontré et éclairé de sa vision chaque président français depuis François Mitterrand. Retour non exhaustif sur ses visites à l'Elysée depuis 1993.

A l'occasion de la visite de Bernard-Henri Lévy, venu présenter en projection privée son dernier documentaire La Bataille de Mossoul à Emmanuel Macron, la rédaction de RT France vous propose un bref récapitulatif de la relation entre le philosophe, cinéaste et homme d'affaires avec les présidents français.

Avec François Mitterrand


Au début des années 1990, alors que la guerre fait rage en ex-Yougoslavie, BHL, bien décidé à montrer qu'un philosophe peut aussi changer le cours de l'Histoire, essaie de convaincre François Mitterrand d'apporter son aide aux Bosniaques en se rendant lui-même sur place. Ce sera fait le 28 juin 1992, avec la visite surprise du président dans Sarajevo assiégée. Sur cet événement, Bernard kouchner dira selon France Info : «Bernard est allé voir le Président et l'a convaincu de ce que je n'avais pas réussi à faire».


Avec Jacques Chirac

Se positionnant lui-même à gauche à l'époque, BHL ne s'arrête pas à ces clivages lorsqu'il s'agit de défendre les causes qui lui tiennent à cœur. Il rencontre le président Chirac à l'Elysée en 2002 pour lui remettre un rapport sur l'Afghanistan, après une mission à Kaboul dont le président l'a chargé.


Avec Nicolas Sarkozy

En 2011, c'est sur l'affaire Libyenne que BHL aura été le plus influent auprès du président Nicolas Sarkozy. Sa plaidoirie pour l'intervention française contre Mouammar Kadhafi aurait, d'après l'intéressé dans son documentaire Le Serment de Tobrouk, été déterminante dans le choix du président. Modeste, BHL s'est cependant défendu d'être le seul artisan de cette intervention.


Avec François Hollande

L'urgence face aux problèmes d'un monde en perpétuel changement le contraignant à accélérer la cadence, nous retrouvons notre truculent intellectuel à l'Elysée en 2014 pour défendre le dossier Ukrainien. Le philosophe sera un soutien de poids pour les leaders des troubles d'Euromaïdan, qui ont provoqué le départ du président Viktor Ianoukovitch. François Hollande décidera de ne pas envoyer de ministre aux jeux paralympiques de Sotchi pour protester contre la position de la Russie dans cette crise.

Avec sa visite à l'Elysée du 18 juillet, BHL aura donc eu des relations officielles avec tous les présidents en exercice depuis François Mitterrand, sur des sujets géopolitiques très différents les uns des autres. Quel sera le prochain combat du philosophe auteur du livre La guerre sans l'aimer ? Le sait-il lui-même ?

Lire aussi : Invité à l'Elysée, Bernard-Henri Lévy regarde son dernier documentaire avec Emmanuel Macron

Source : https://francais.rt.com





4 commentaires:

  1. Anonyme21.7.17

    A un moment donné il y a bien quelqu'un qui va tirer la chasse.

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme22.7.17

    FAUT RECONNAITRE QUE LES CHIOTTES SONT GRANDES ! j'espere que les tuyaux d'evacuation ont ete etudié en proportion !

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme23.7.17

    les sales races de putes sont bien là tous ensemble ! à la fournaise mais avant tous émasculés

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme24.7.17

    Excellent cette haine anti bhl le suceur de démons. Ne vous inquiétez pas, il vas douiller sa misère et regretté d'être né ce fdp bientôt. Et effectivement les autres merdes politiques le suivront aussi dans les tréfonds du tartare, qu'ils profitent de leur argent et bouffe, ça va pas durer.

    RépondreSupprimer