jeudi 27 avril 2017

Présidentielles : l’électeur préfère toujours l’original à la copie !


Pourquoi le cacher ? Le score de Marine Le Pen au 1er tour de l’élection présidentielle est décevant. Rassembler seulement 21,30 % des suffrages après une présidence nullissime de François Hollande, l’explosion du chômage, l’explosion du communautarisme et de l’islamisme, les près de 250 morts du terrorisme djihadiste etc… s’apparente à un échec. Echec d’autant plus douloureux qu’au début de sa campagne Marine Le Pen était créditée par tous les instituts de sondage d’environ 26 à 28 % des voix.




Pourquoi le cacher ? Le score de Marine Le Pen au 1er tour de l’élection présidentielle est décevant. Rassembler seulement 21,30 % des suffrages après une présidence nullissime de François Hollande, l’explosion du chômage, l’explosion du communautarisme et de l’islamisme, les près de 250 morts du terrorisme djihadiste etc… s’apparente à un échec. Echec d’autant plus douloureux qu’au début de sa campagne Marine Le Pen était créditée par tous les instituts de sondage d’environ 26 à 28 % des voix.

La première place lui tendait les bras. Alors que s’est-il passé ?Certes, Marine Le Pen a fait une mauvaise campagne. Son rôle de favorite l’a comme paralysée dans ses initiatives. Elle a fait une campagne a minima, sur la défensive. Sa thématique axée sur l’Euro, sous l’influence de l’ancien chevènementiste Florian Philippot, n’a pas convaincu son électorat. Sa timidité sur les thèmes de l’identité et de l’immigration, à l’exception de la dernière semaine pour enrayer sa baisse dans les sondages, a dérouté une partie de son électorat qui vote d’abord en faveur du FN à cause de ces questions. Tout cela peut expliquer son score décevant mais cela serait négliger une autre explication qui à nos yeux est fondamentale. Comme le disait jadis Jean-Marie Le Pen pour fustiger la droite qui venait sur les thématiques du FN lors des élections : « L’électeur préfère toujours l’original à la copie ».

Et cela s’est une nouvelle fois vérifié. A trop vouloir gauchiser son programme économique et social, il est devenu très difficile de faire la différence entre le programme de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon sur cette thématique précise et importante. Ces dernières années le vote des classes populaires, qui votaient avant pour le parti communiste, s’était massivement reporté sur le Front National car ces électeurs désapprouvaient le discours immigrationniste délirant du candidat d’extrême gauche. Or, et c’est là un fait nouveau, Jean-Luc Mélenchon a mis en sourdine son discours en faveur des immigrés durant toute la campagne. Il semble avoir compris que si il voulait récupérer le vote populaire il ne devait pas hésiter à renouer avec les accents patriotiques d’une gauche républicaine.

Et cela a marché. Dans de nombreuses villes de traditions ouvrières, dans de nombreux quartiers populaires, cet électorat est en partie revenu à ses anciens amours en votant pour l’extrême gauche. Le vote protestataire en faveur de Mélenchon qui est arrivé en tête dans ces villes ou ces quartiers à siphonné l’électorat de Marine Le Pen. Le vote en faveur de l’extrême gauche est ainsi entré en concurrence frontale avec le vote frontiste dans les circonscriptions urbaines où le parti communiste avaient connu ses heures de gloire.

 La bonne nouvelle pour Marine Le Pen est que cet électorat votera massivement pour elle au second tour. Mais il ne s’agit que d’une partie de l’électorat de Mélenchon. Le vote des bobos urbains d’un côté et celui des communautés immigrés et des étudiants se reportera quant à lui massivement sur Emmanuel Macron.

Source : https://leblogalupus.com

1 commentaire:

  1. Anonyme29.4.17

    la grande arnaque de tous ces candidats : "sortir des Traités européens" n'a rien à voir avec sortir de l'Europe mais les Français sont tellement cons qu'on leur fait gober n'importe quoi

    RépondreSupprimer