mardi 13 décembre 2016

Nous consommons beaucoup trop de produits ultra-transformés


L’industrie agroalimentaire est à pointer du doigt concernant une multitude de produits. Outre ce que l’on peut entendre sur l’industrie de la viande, il s’agit ici de comprendre comment nous nous retrouvons face à des milliers de produits « ultra-transformés » dans un supermarché. Le fait est qu’en général, nous en consommons beaucoup trop !

Au supermarché, dans les fast-foods et autres points chauds faciles d’accès, les produits ultra-transformés nous ont envahis. Selon le site Reporterre, ce type de produit pourrait représenter jusqu’à 80 % de toute la nourriture emballée et commercialisée dans les supermarchés. Selon Consoglobe, ce serait 58 % des aliments en général destinés à la consommation qui seraient ultra-transformés !

Quels sont ces produits ? Il y en a énormément, mais pour en citer quelques-uns : les desserts lactés, les céréales pour petit-déjeuner, les barres chocolatées, les jus de fruits reconstitués ou encore les pizzas toutes prêtes. Évidemment, il est possible de reconnaître une qualité à ces produits : ils sont pratiques. Cependant, l’envers du décor fait tout de suite moins envie.

Il s’avère que ces produits deviennent un véritable problème de santé publique dans la mesure où nous en consommons trop. Dans de nombreux pays, ces derniers constituent plus de 50 % de l’apport calorique de la population. Le problème, c’est que ces aliments sont pauvres en micronutriments et participent au développement de maladies chroniques comme l’obésité.

Nous avons besoin de nutriments pour être en bonne santé, or ces produits contiennent beaucoup plus d’énergie issue des sucres ajoutés, c’est la raison pour laquelle les scientifiques estiment qu’il s’agit là de calories « vides ». Une étude brésilienne est arrivée à la conclusion que dépasser le taux de 13 % d’apport calorique provenant des produits ultra-transformés augmente le risque d’obésité. Il est donc vivement conseillé de ne pas dépasser quotidiennement le ratio d’une calorie sur six issues de ces aliments.

Illustration du dessinateur Berth

Illustration du dessinateur Berth

Nous parlons bien ici d’ultra-transformation et non de simple transformation des produits dont l’arrivée massive s’est produite dans les années 1980. Les épidémiologistes de l’Université de Sao Paulo qualifient ces produits de « formulations industrielles réalisées à partir typiquement de cinq ingrédients ou plus d’ingrédients ». Bourrés d’additifs, ces produits ont le rôle d’imiter « les qualités sensorielles des aliments pas ou peu transformés et des préparations culinaires réalisées à partir de ces aliments ». Ils sont mis en valeur grâce à « des emballages sophistiqués et attrayants, des allégations santé, une forte rentabilité et ils appartiennent généralement à de grandes marques de compagnies transnationales ».

Les produits ultra-transformés ? De temps en temps, oui, trop souvent ? Non !

Sources : ReporterreConsoGlobe

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire