jeudi 3 novembre 2016

Cet homme a quitté la finance pour ouvrir une ferme en permaculture


https://mrmondialisation.org

Andrew Martin était « un homme comme les autres ». Aveuglé par les chiffres, il était déterminé à faire carrière dans la finance, et rien ne le prédestinait plus que quiconque à opérer le virage qui a changé la vie de ce Néo-Zélandais. Aujourd’hui, Andrew est l’heureux propriétaire d’une ferme permacole florissante. Un projet qui occupe désormais son quotidien, bien loin du tumulte de la ville, des portefeuilles d’actions et des salles de marché. 
Tourner le dos à un consumérisme vain.




En l’espace de trois années, Andrew Martin et sa femme ont opéré un changement radical dans leur mode de vie qu’on ne peut qu’envier à la vue des images diffusées dans le court documentaire de Happen Films. Après avoir étudié le commerce, « parce que cela mènerait certainement à quelque chose », et s’être engagé sur la voie de la finance de marché, Andrew Martin a vu grandir en lui un besoin et une conscience qui l’ont peu à peu rapproché de la nature. Il évoque ce « besoin de verdure et de grands espaces » qui le prenait parfois à la gorge, alors qu’il vivait encore dans l’une de ces grandes villes où l’on trouve les sièges sociaux de géants de la finance internationale.

03_permaculture

En baignant dans cet univers où l’argent coule à flot, Andrew se rend également compte des pressions exercées par la société et par les gens qu’il côtoie à perpétuer ce mode de vie matérialiste, consumériste et cupide, un peu à l’image d’un suicide collectif où chacun tente de tirer l’autre avec lui dans l’abîme. À l’époque, les gens qui l’entourent affichent des salaires phénoménaux : plusieurs de ses collègues sont millionnaires. Cependant, Andrew remarque que la plupart semble en proie à une soif inextinguible d’argent qui les empêche d’atteindre bien-être et bonheur. S’il avoue que « le fait d’en vouloir toujours plus, le consumérisme et le matérialisme sont contagieux», Andrew admet également s’être assez vite rendu compte de la facticité de ce monde-là.

Une ferme permacole qui prospère 

Fatigués de la vie en entreprise, Andrew et sa femme décident il y a quelques années de quitter la ville afin de s’installer à la campagne. Ils acquièrent là une propriété d’un peu plus de deux hectares. Cette décision opèrera comme un véritable bol d’air frais pour Andrew, qui se sent enfin en phase avec son besoin récurrent d’escapades au grand vert. Quelques temps après cette acquisition, le couple met en place ce qui allait devenir un jardin florissant que les voisins viendront à leur envier.

02_permaculture

C’est après avoir regardé le documentaire « A Crude Awakening : The Oil Crash», qui retrace l’histoire de notre dépendance au pétrole et aborde la pénurie énergétique à venir, qu’Andrew a opéré sa prise de conscience écologique. Quelques lectures plus tard, il se lançait dans la permaculture, plantant diverses espèces d’arbres, de plantes, de fruits et de légumes sur son terrain, et allant jusqu’à y installer une petite mare dont il avait toujours rêvé. Trois années plus tard, le résultat est là, et il est probant.

La petite ferme permet aujourd’hui au couple de se nourrir de façon responsable et résiliente, et de ne plus avoir à mettre les pieds dans un supermarché —ou presque. La biodiversité y est riche, et chacune des parties de ce vaste puzzle naturel contribue à cette prolificité. En plus de s’occuper quotidiennement du potager et des plantes, Andrew s’implique dans la recherche et le conseil, afin d’aider les structures locales à mieux connaître et à mettre en place la permaculture. Une mise à profit de son temps libre, que l’homme considère comme le témoignage d’une chance extraordinaire.


Lire la suite sur https://mrmondialisation.org/

2 commentaires:

  1. Anonyme4.11.16

    Saint Homme qui a vécu l'Apocalypse !

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme30.7.17

    "Eh Oui l'herbe est toujours verte ailleurs ... surtout avec l'argent d'autrui et autres participations aux arnaques bancaires . Profitez bien , de votre paradis ; cela va pas durer ! " Cordialement . KC

    RépondreSupprimer