dimanche 13 novembre 2016

Autoroutes, parkings et stationnements : le grand profit



Aujourd’hui, les 31 millions d’automobilistes français sont confrontés à des tarifs de stationnement et de parking prohibitifs, mais aussi à des autoroutes de plus en plus chères. Ce film révèle comment l’espace public est devenu une marchandise.
Depuis longtemps, Philippe Vénère, un commissaire de police à la retraite, refuse de payer lorsqu’il doit garer sa voiture à Paris. Selon lui, le marquage au sol ou la borne de paiement « n’ont de valeur que s’il y a un arrêté qui prévoit le stationnement payant sur cette voie et à cet endroit ». Or, la Ville de Paris, comme de nombreuses villes françaises, peine à produire, quand ils existent, ces documents souvent noyés dans la masse des bulletins municipaux officiels. Pourtant, sur 7 millions de contraventions dressées à Paris en un an, seules 8 % sont contestées. Après deux ans de lutte, Rémy Josseaume, avocat à Montigny-le-Bretonneux, a réussi en 2010 à faire annuler le stationnement payant autour de la gare : « Pour qu’un maire impose un stationnement payant sur une voirie publique qui appartient à tout le monde, il faut qu’il explique, qu’il motive les raisons pour lesquelles il impose aux usagers de payer pour stationner leur véhicule. » Mais de plus en plus de municipalités se replient derrière le prétexte de la « voiture-ventouse », des véhicules qui sont laissés trop longtemps en stationnement par des automobilistes profitant de la gratuité. Natacha Bouchart, la maire de Calais, a pourtant fait le choix de supprimer le stationnement payant dans sa ville. Or, en 2013, seuls 134 véhicules sur 3 360 y ont été verbalisés pour infraction au code de la route, en restant plus de sept jours au même endroit.

Vidéo à voir sur http://lemediatv.blogspot.fr/




1 commentaire:

  1. Anonyme14.11.16

    toujours les memes responsables : LES POLITIQUES ! raz le bol de ces degeneres !!

    RépondreSupprimer