mardi 25 octobre 2016

VIDÉO - TREMBLEMENTS A L'ELYSEE : LES POLICIERS SE SONT REVOLTES CONTRE L'ETAT !


Revue de Presse par Pierre Jovanovic

PARIS   Etonnante vision que celle de 500 policiers rassemblés sur le parvis de Notre-Dame, non pour préparer une série de descentes de police, mais pour manifester leur colère. Encore plus inhabituel, l'heure du rassemblement: 22 heures... comme pour une conspiration, ou bien une virée illégale dans les catacombes. Et de 500, les représentants des forces de l'ordre sont passés à 1.000, tant et si bien qu'à un moment donné le parvis devint comme une mer noire agitée par les brassards POLICE orange fluo.

Comme cela se passe de nuit, la manifestation ne ressemble vraiment pas à celles que l'on connaît. Pas de banderolles FO, pas de chariots de sandwiches CGT, pas de tracts CFDT, ni de chauffeur de manif entraîné à hurler des slogans dans un porte-voix. C'est une manifestation que les syndicats (Alliance PN, SGP FO, UNITE Police, UNSA Police, FNAP, FASP, Syndicat des Commissaires de la Police Nationale, FASMI-UNSA, Sud Intérieur, etc.) n'ont pas vu venir... Ils ont été dépassés par leur base. 


Les policiers parlent à voix basse, passent de groupe en groupe, et battent le pavé en attendant le départ vers une destination inconnue. La veille, Hollande et Cazeneuve ont dû avoir très peur, car le groupe de policiers manifestants s'est dirigé spontanément vers l'Elysée... sans même se rendre compte de ce que cela voulait dire vraiment !


La police étant la dépositaire de la "violence légitime", elle dispose d'armes à profusion, tout comme l'Armée et la Gendarmerie. Mais techniquement, seuls les policiers, les plus nombreux à Paris et les plus proches, pourraient prendre l'Elysée d'assault.
!!!

Et cela aurait pu se produire si un escadron de gendarmerie ne les avait pas accueillis en chemin. Néanmoins, il est évident que les souliers à clous n'auraient jamais osé tirer sur leurs collègues policiers. Cela aurait été déplacé et peu républicain puisque les deux sont les représentants de ce même ordre "républicain" (qui a du plomb dans l'aile).

En clair, personne ne s'en est vraiment rendu compte, mais l'autre soir, la France était quand même à un cheveu d'un coup d'Etat même pas calculé...

Et dire que nous sommes encore sous le coup de l'Etat d'Urgence...
!!!


Jamais je n'aurais imaginé écrire une telle chose, même dans mes prévisions les plus folles: une armée de policiers en colère descandant sur l'Elysée pour demander des comptes...

Cela vous montre à quel point ce gouvernement est totalement dépassé par les événements...

Depuis précisément 1 an, les grèves sont intinterrompues. Rappelez-vous: en octobre et novembre 2015 il y a eu les grèves Air France, celles des gardiens de prison, des avocats, des syndicats contre la loi travail, des agriculteurs, de la Police scientifique devant l'Assemblée Nationale, etc., etc. au point que le gouvernement de Manuel Valls était sous le point de tomber à cause de la pression sociale.

Et là, coup de baguette magique, ou plutôt de Kalachnikov, et miracle absolu qui a sauvé François Hollande, on a eu l'attaque contre le Bataclan. Evaporées d'un coup les tensions sociales, façon puzzle, pendant 6 mois, pour revenir avec encore plus de force en octobre 2016.

 Moralité: cacher une blessure sociale, revient à agraver l'état du malade.

1 commentaire:

  1. Anonyme26.10.16

    enfin ils ont mis le temps car ils sentent le roussi qui se prépare pour certains, achetables et sans conscience pendant des décennies, plutôt forts pour nous coller des amendes pour entretenir les pédophiles, avec leur air hautain n'ont jamais protéger le peuple, en fait des planqués qui font partis de la merdasse : huissiers, police, gendarmerie, sénateurs, députés, préfets, ministres, présidents de rien du tout, tout çà à la poubelle, çà va faire du monde en taule !

    RépondreSupprimer