jeudi 29 septembre 2016

Des métaux lourds, pesticides et arsenic dans l'alimentation pour bébé


C’est l’une des plus grandes enquêtes dans l'alimentation bébé. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) donne l’alerte sur les contaminants (métaux lourds, pesticides, dioxines etc) présents dans l’alimentation des bébés et enfants de moins de trois ans.

Après six ans de recherche et 5 400 produits analysés, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) vient de publier un rapport sur l’exposition alimentaire à un très grand nombre de substances des enfants de moins de trois ans comme les métaux lourds, les pesticides et les dioxines. Ces données concernent les petits pots et préparation pour bébé, le lait infantile en poudre ou des légumes et fruits préparés.

L’Anses a lancé sa grande Étude de l’alimentation infantile (EATi) qui couvre plus de 95% du régime alimentaire des touts-petits. Même si l’étude confirme le bon niveau de maitrise sanitaire, elle donne aussi l’alerte sur d’autres substances toxiques: “16 nécessitent une réduction de l’exposition, dont 9 de manière prioritaire”.

Des polluants probablement cancérogènes

L’Agence met en avant les métaux lourds comme l’arsenic, le plomb, le nickel mais aussi des toxines issues de moisissures ou de champignons comme l’acrylamide, une substance qui se forme notamment lors des cuissons à haute température) mais aussi des mycotoxines et des furanes, des substances produites par les champignons qui contaminent les céréales. Sans oublier, les PCB (les polychlorobiphényles), des molécules toxiques et les dioxines, des polluants organiques.

Pour ces 9 substances, “la situation a été jugée préoccupante” et “la mise en place ou le renforcement de mesures de gestion visant à limiter les niveaux d’exposition s’avère nécessaire”. Pour sept autres substances - dont l'aluminium, le cobalt, le méthylmercure et le sélénuim - "le risque ne peut être écarté".

Limiter les contaminations

Ces composés chimiques viennent de contamination environnementale, soit parce qu’ils se trouvent dans l’alimentation au moment de la transformation soit dans l’agriculture (comme les pesticides). Pourtant, certains composés comme les dioxines, les furanes et les PCB sont aujourd'hui interdits mais persistent très longtemps dans l'environnement, car difficilement dégradable, et s'accumulent dans les tissus vivants, comme chez les poissons.

Parmi ces composés jugés toxiques pour la santé : l'arsenic se retrouve surtout dans les petits pots à base de légumes et de poisson, le riz et les céréales infantiles, le plomb est présent dans les légumes et l’eau et le nickel, dans les produits à base de chocolat. Face à ce constat, l'Anses appelle à poursuivre les efforts pour "mieux comprendre l'origine de la présence de ces substances chimiques dans l'alimentation" et à prendre des mesures pour maîtriser les rejets dans l'environnement et fixer des seuils réglementaires d'exposition.

Pas de lait courant avant un an

L’Agence rappelle aussi que la diversification alimentaire ne doit pas intervenir avant l'âge de 6 mois car elle entraîne des expositions à certains contaminants chez les bébés. D’où, l’importance de renforcer les mesures sanitaires. Avant six mois, seul le lait maternel ou le lait en poudre devrait être donné aux bébés car ce sont les seuls à couvrir les besoins nutritionnels de nos touts-petits. Le lait courant de vache ou d'autres espèces ne doit pas être donné aux enfants de moins d'un an. L'Agence encourage également les parents à varier “le régime alimentaire et les approvisionnements”.

Le mieux est encore de faire ses préparations soi-même avec des produits bio ou de recourir avec des préparations infantiles bio garantis sans pesticides, sans additifs alimentaire et sans composé de synthèse.

Source : http://www.bioalaune.com

5 commentaires:

  1. Anonyme30.9.16

    les mamans n'ont qu'à préparer les repas des bébés avec des aliments sains et arrêter d'aller travailler sinon qu'elles ne fassent pas d'enfants pour les confier à la crèche avec des inconnues et plus tard laisser l'enfant devant la télé ou ailleurs parce que personne ne peut s'occuper de lui...

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme1.10.16

    QUI SAIS TU DOIS ËTRE UN MEC POUR DIRE DES CONNERIES DE CE GENRE. C'est écrit où que la femme devrait rester a la maison ? Et en plus elle serai dépendante financièrement de son homme, jamais de la vie. Réveil toi la femme c'est émanciper depuis longtemps. Tu as raison sur une chose et encore, pour de la nourriture fraîche quoique tout est trafiquer a l'heure actuel, même l'air que l'on respire. Bonne journée a toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme2.10.16

      ah elle est belle la libération de la femme ! au turbin pour le plus grand bonheur des Rotschild voir la vidéo d'Aaron Russo avec un des Rotschild, voir le passage de Miss Magazine
      affligeant, dans un couple , 2 salaires, 2 voitures, 2 déclarations d'impôts, ... etc.
      aussi de plus en plus de divorces, pardi ! plus de valeurs de fidélité, en somme tu es d'accord pour une vie de merde, les Rotschild ont bien travaillé, il n'y a qu'à voir les dernières générations d'enfants drogués que vous avez engendrées
      et non tout n'est pas trafiqué quand on a le temps et il y a des priorités qui sont la base de la vie

      Supprimer
    2. Anonyme2.10.16

      dans la vidéo d'Aaron Russo c'est nicolas Rockfeller et non un Rotschild mais c'est la même clique, désolé

      Supprimer
    3. Anonyme3.10.16

      une vidéo intéressante sur le féminisme...
      https://www.youtube.com/watch?v=f1I6vZ3OCk0
      Aaron Russo

      Supprimer