mardi 6 septembre 2016

Brésil : vers un vaccin contre la cocaïne ?


Au Brésil, depuis plus de 2 ans des chercheurs sont en train d'essayer de développer un vaccin contre l'addiction à la cocaïne, actuellement en test sur des animaux.

Peut-on vacciner une addiction ? Il s’agirait là d’une solution qui aiderait grandement les gouvernements face à l’enjeu de santé publique que représente la dépendance à la drogue. Des scientifiques brésiliens pensent que c’est possible et travaillent depuis 2 ans et demi sur la conception d’une molécule capable de contrer les effets de la cocaïne afin de rendre sa consommation obsolète.

Une molécule pour combattre les effets de la drogue

Les chercheurs du Département de chimie organique de l’Université fédérale de Minas Gerais (UFMG), dans la ville de Belo Horizonte, travaillent sur un vaccin capable de stimuler des anticorps pour bloquer les molécules de la drogue. Le professeur Angelo de Fatima explique que « ces anticorps vont séquestrer la cocaïne et l’empêcher d’arriver au cerveau, en réduisant les effets euphorisants de la drogue, ce qui conduit l’utilisateur à perdre l’intérêt pour la cocaïne ».
Cette idée de vacciner contre la dépendance n’est pas la première, d’autres recherches ont été menées ou sont actuellement en cours, avec des résultats déjà publiés pour certaines, notamment par des scientifiques américains qui travaillent sur une solution avec une protéine bactérienne qui agirait sur le système immunitaire.

Un vaccin prometteur contre le fléau de la cocaïne au Brésil

Le professeur Fatima précise que les recherches sont différentes : « notre molécule est différente de la molécule américaine. La nôtre n’a pas de partie protéique », sans pouvoir autant la nommer, faute de brevet à l’heure actuelle. Le vaccin est encore en phase de test, uniquement sur des animaux pour le moment et sans date prévue pour des tests sur les humains.

Un vaccin qui tomberait plutôt bien alors que le Brésil souffre d’une consommation de cocaïne quatre fois supérieure à la moyenne mondiale d’après l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Il pourrait être utilisé à titre préventif chez les adolescents et enfants ou pour des patients volontaires décidés à arrêter la drogue.

Source : http://www.actusante.net

2 commentaires:

  1. Anonyme7.9.16

    devraient inventer un vaccin contre la betise humaine en toute urgence !

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme8.9.16

    un "vaccin contre les politiques" toutes personnes atteintes de la compulsion au vote c'est le moment 2017 arrive et il y en aura encore qui iront voter, si, si, mais en fait même si personne ne votait, ils inventeraient des votes et des faux noms comme SARKOSY n'existe même pas en France et voyez il est devenu président, son vrai nom "de Nagy Bosca"...

    RépondreSupprimer