lundi 25 juillet 2016

L’aviation russe a bombardé une base des forces spéciales américaines et britanniques en Syrie


Une semaine après un déplacement à Moscou de John Kerry, le chef de la diplomatie américaine, pour proposer au président Vladimir Poutine, une « coopération militaire » contre les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh) et du Front al-Nosra [branche syrienne d'al-Qaïda, ndlr], le Wall Street Journal a révélé que l’aviation russe a bombardé un poste utilisé en Syrie par les forces spéciales américaines et britanniques ainsi qu’un site de la CIA.

Ainsi, le 16 juin, des appareils russes ont frappé le poste d’At-Tanf, qui, situé dans le sud de la Syrie, à une quinzaine de kilomètres de la frontière jordanienne, est utilisé par les forces spéciales américaines et britanniques afin de créer une « zone tampon » destinée à empêcher les intrusions de l’EI en territoire jordanien.

Quand la première frappe – avec des armes à sous-munitions – a eu lieu, environ 20 commandos britanniques venaient de quitter le poste en question. Le commandement de la coalition anti-EI aurait ensuite contacté le quartier général russe, installé dans la province syrienne de Lattaquié, pour lui demander d’arrêter de viser le poste d’At-Tanf. Peine perdue : les avions russes ont remis ça 90 minutes plus tard, leurs pilotes n’ayant pas répondu aux appels lancés sur les fréquences qu’il avait été convenu d’utiliser en cas d’urgence, dans le cadre des « mesures de déconfliction ».

Plus tard, le 12 juillet, l’aviation russe a bombardé un camp de rebelles syriens destiné à des familles de combattants soutenus par la CIA, à 80 km à l’ouest d’At-Tanf.

Selon le Wall Street Journal, ces frappes ont renforcé l’opposition des responsables militaires américains à une coopération plus étroite avec la Russie.

Interrogé au sujet de ces révélations du Wall Street Journal, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a botté en touche. « Je ne commente pas les articles de ce genre de journaux », a-t-il déclaré.

La russie s'explique sur  https://fr.sputniknews.com/defense/201607231026946679-syrie-coalition-aviation-russe/

Source : http://www.opex360.com

2 commentaires:

  1. Breaking News | Huge fire breaks out near NATO base in Turkey
    https://www.youtube.com/watch?v=PujuYdcu61A

    RépondreSupprimer
  2. En réponse à l’armada massive se dirigeant sur la Turquie pour l'attaquer, Erdogan a immédiatement riposté en prenant en otage les 1500 Américains, civils et militaires, vivant dans la base américaine d’Incirlik, au sud de la Turquie. Il garde aussi les 90 bombes nucléaires déposées dans les bunkers de la base, menaçant de céder la base avec ses bombes à la Russie en cas d’attaque venant de l’OTAN.Obama a ordonné à l'OTAN de stopper son offensive maritime. Pendant ce temps, la flotte russe de la Mer Noire a été mise en alerte rouge, ainsi que les armées du Sud de la Russie http://www.debka.com/article/25560/
    La Flotte US se dirige sur la Turquie. Le Stock d'ogives nucléaires est-il complet à INCIRLIK? La Russie bombarde une base US en SYRIE.
    http://www.opex360.com/2016/07/22/laviation-russe-bombarde-base-des-forces-speciales-americaines-britanniques-en-syrie/
    "La base d'Incirlik dans le sud-est de la Turquie contient le plus important stock d'armes nucléaire de l'Otan. Samedi matin, l'ambassade américaine à Ankara a publié un +Avertissement sur la situation d'urgence aux citoyens américains+ qui disait que la base d'Incirlik avait été privée d'électricité et qu'il n'était plus possible ni d'y entrer ni d'en sortir. Incirlik a eu à utiliser des générateurs de secours. Il a également été interdit aux avions déployés sur cette base de décoller et d'atterrir. Le niveau d'alerte a été augmenté jusqu'à celui du régime de renforcement des mesures antiterroristes Delta. C'est le niveau le plus haut que l'on décrète en cas d'attentat ou de menace d'attentat", lit-on dans l'article.
    Le 19 Juillet TRUNEWS Rick Wiles a interviewé Hans Kristensen, le directeur du Nuclear Information Project à la Fédération des scientifiques américains, en ce qui concerne les armements nucléaires logés à la base aérienne d'Incirlik. Au cours de l'entrevue, M. Kristensen a déclaré que, pour déplacer les ogives B-61, il faudrait au minimum trois semaines en cas d’urgence, même en y affectant des services militaires d’urgence.
    --------------------------------
    Communiqué du Sommet de l’OTAN à Varsovie : préparer le crime d’agression http://lesakerfrancophone.fr/communique-du-sommet-de-lotan-a-varsovie-preparer-le-crime-dagression

    Un sommet de l'OTAN sur un volcan
    https://www.youtube.com/watch?v=3Cme9Ur579s

    Lui aussi en tant qu'ancien de l'OTAN pour avoir occuper un poste important nous donne un point de vue plutôt inquiétant n'est-ce pas.
    https://www.youtube.com/watch?v=f80kLndUW9k
    le devin Friedman dans son discours en 2015 https://www.youtube.com/watch?v=emCEfEYom4A&feature=youtu.be La reponse ici 7:42 sec

    RépondreSupprimer