vendredi 24 juin 2016

Une alimentation riche en fibres réduit-elle les allergies ?



Chez la souris, l'augmentation de la quantité de fibres alimentaires et de vitamine A dans son alimentation réduit l'allergie à la cacahuète. Cette expérience suggère que manger peu de fibres favorise les allergies.

L'incidence des allergies alimentaires a bien augmenté au cours des dernières décennies dans les pays occidentaux. Pour l’expliquer, l’hypothèse hygiéniste a été avancée : elle suggère que les allergies sont liées à un manque d'exposition aux microbes environnementaux. Toutefois, Laurence Macia et Charles Mackay, deux immunologistes à l'université Monash, en Australie, avancent plutôt l'idée selon laquelle les allergies alimentaires seraient liées à l’alimentation et au microbiome.

Dans une étude parue dans Cell Reports, ces chercheurs ont étudié des souris chez qui ils ont induit artificiellement une allergie alimentaire. Elles ont été nourries avec une alimentation riche en fibres. Puis, leurs bactéries intestinales ont été données à un groupe de souris sans bactéries intestinales. Ce second groupe était protégé contre l’allergie et présentait une réponse moins sévère lors d’une exposition aux cacahuètes.

Un régime riche en fibres semble protéger ces souris de l’allergie en modifiant le microbiome. Mais comment est-ce possible ? Du point de vue moléculaire, dans le côlon, les fibres alimentaires sont fermentées par des bactéries anaérobies pour donner des acides gras à chaîne courte (AGCC) : acétate, butyrate et propionate. Ceux-ci se lient à des récepteurs couplés à des protéines G et exprimés par les cellules épithéliales et des cellules immunitaires. Les AGCC ont donc un impact sur la réponse allergique.

Les allergies alimentaires, dont celle à la cacahuète, se sont beaucoup développées au cours des dernières années. La faute à un excès d’hygiène ou à l'alimentation ? © Hong Vo, Shutterstock

Des acides gras à chaîne courte qui influencent l'immunité

Quand les chercheurs ont donné aux souris allergiques de l’eau enrichie en acides gras à chaîne courte trois semaines avant l’exposition aux cacahuètes, les souris avaient une réponse allergique réduite, même en l’absence d’un microbiote protecteur. Il était donc possible d’obtenir un effet anti-inflammatoire juste en administrant les AGCC.

L'effet des fibres sur l'immunité passe par des lymphocytes T régulateurs (Treg), aussi appelés lymphocytes T suppresseurs. En effet, le microbiote intestinal a une influence sur ces lymphocytes T, comme l’explique la chercheuse : « Ma théorie est que les bactéries bénéfiques qui prédominent dans la consommation de fibres favorisent le développement des cellules T régulatrices ».

L’interaction du système immunitaire avec les bactéries de l’intestin prévient donc des réactions allergiques. Cette protection nécessitait aussi de la vitamine A.

Des essais précliniques seront nécessaires pour étudier le lien entre les fibres et les allergies chez l’Homme.

À découvrir en vidéo autour de ce sujet :



Dans l'espace, en impesanteur, les tâches de la vie quotidienne ne sont pas toujours faciles... Le simple fait de se nourrir, par exemple, demande une gymnastique complexe et relativement comique, comme vous pourrez le voir au cours de cette vidéo.

Source : http://www.futura-sciences.com

1 commentaire:

  1. Anonyme15.7.16

    les allergies sont en général provoquées par les jus de fruits ou fruits pris aux repas sans oublier la tomate qui est un fruit-légume acide et surtout par les produits laitiers
    la fermentation alcoolique qui en découle, acide + farineux, entraîne les allergies et autres problèmes de la sphère ORL ou de la sphère génitale ou articulaire suivant les faiblesses organiques de chacun

    RépondreSupprimer