vendredi 8 avril 2016

Estrosi accuse l'Intérieur de laisser entrer en France des fichés S sans inspection


Deux individus fichés S par les services de renseignement sont-ils entrés en France sans contrôle particulier en provenance d'Arabie Saoudite, en août dernier, soit sept mois après les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher ? C'est ce qu'a affirmé « avec une totale détermination » ce jeudi matin Christian Estrosi sur RTL, des propos ensuite démentis par la préfecture des Alpes-Maritimes.


Interrogé sur les déclarations de Manuel Valls, qui, lundi soir, estimait que les salafistes, qui représentent « 1% aujourd'hui des musulmans en France » étaient en train de « gagner la bataille idéologique et culturelle », le président Les Républicains de la région Paca et maire de Nice a dénoncé « la duplicité du Premier ministre ». Et comme illustration de cet écart entre les mots et les réactions du gouvernement, il a martelé que « des personnes en provenance d'Arabie Saoudite ou d'autres États de la péninsule arabique bénéficient à leur arrivée à l'aéroport international de Nice d'une exemption d'inspection et de filtrage (...) Chaque année, plusieurs dizaines d'entre eux bénéficient de ce privilège. Ils entrent et sortent sans contrôle sur le tarmac de nos aéroports ». Et ils « ne sont ni diplomates ni présidents ».

D'accord pour que « Barack Obama ou la reine d'Angleterre » bénéficient d'un passe-droit, l'ancien député des Alpes-Maritimes assure que ces pratiques ont « conduit en août dernier à laisser passer deux personnes fichées S sans aucun contrôle, et en toute impunité, dans un convoi de l'Arabie Saoudite ».

Selon lui, des policiers « s'en émeuvent beaucoup, l'ont fait savoir et en ont subi les conséquences », a-t-il également annoncé. Et d'estimer que le ministère de l'Intérieur sera « bien en difficulté pour répondre ».

La préfecture des Alpes-Maritimes, interrogée par France Bleu, dément formellement : «Pour les déplacements protocolaires, le ministère des Affaires étrangères envoie préalablement la liste des personnes qui accompagnent les chefs d'Etat et elles font l'objet de contrôles très stricts», assure le directeur de cabinet du Préfet, François-Xavier Lauch. «Si nous détectons une fiche S dans une liste de demande, cette personne n'aura aucune facilité de passage.»


Qu'est ce que la fiche S ?

Une fiche S, en référence à sûreté de l'Etat, permet essentiellement aux services d'enquêtes de retracer le parcours et d'identifier les contacts de celui qui est répertorié. Concrètement, il s'agit donc d'un système d'alerte pour les policiers lors de contrôles dans la rue ou dans un aéroport. Mais le fait d’être fiché n’entraîne, pour les autorités, aucune obligation de suivi ou de surveillance.

Aujourd'hui, elle regroupe principalement des suspects liés à l'islamisme radical, mais aussi des activistes politiques, d'extrême droite ou d'extrême gauche, et même les hooligans des stades Elle présente une photo et l'état civil de la personne ciblée, ainsi que le motif de son signalement. La durée de vie de cette fiche est d'un an. Mais elle peut être prolongée au regard de la « menace » représentée par celui qui en fait l'objet.

Editées par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), et par les enquêteurs de la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), les fiches S sont enregistrées dans le fichier des personnes recherchées (FPR), consultable 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 par les policiers, gendarmes et douaniers. Face à l'internationalisation de la menace terroriste, une copie de ces fiches est également enregistrée dans le système d'information Schengen (SIS), mis à disposition de l'ensemble des polices européennes.

Même si plusieurs sources officielles font état de l'existence de 5 000 fiches S, géré par la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), il y en a, en réalité, beaucoup plus. Selon nos informations, leur nombre serait proche des 20 000.

Source : http://www.leparisien.fr

1 commentaire:

  1. Anonyme8.4.16

    changer nos politichiens c'est changer de politique radicalement ;que voulons-nous ? ne serait-ce pas la paix dans le monde et a commencer chez nous ?!!!! alors nous savons quoi faire maintenant !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer