mardi 1 mars 2016

Le marché de Rungis ouvre la plus grande halle bio d'Europe


Le marché de Rungis inaugure la plus grande halle bio d’Europe. Surnommée «le D6 bio», elle symbolise l’essor du marché du bio qui gagne 10 % chaque année en France. Bio à la Une s’est rendu sur place.



En France, l’agriculture bio prend de l’ampleur et la demande des consommateurs est grandissante. Alors que le bio grapille du terrain, le marché de Rungis, plus grand marché de produits agricoles au monde, s’est engagé en faveur du bio en lui consacrant une toute nouvelle halle au design soigné.
6000m2 de produits bio

À côté des grands bâtiments de tôles ondulées, la nouvelle halle du marché de Rungis se démarque par sa façade en bois et son auvent en dentelle d’acier noir qui lui vaut le surnom d’« enclume ». À l’intérieur du bâtiment de 6000 m², les poutres en mélèze surplombent les rayons des épiceries fines ainsi que les palettes de fruits et de légumes tous plus beaux les uns que les autres.

On y retrouve tous les produits bio : les fruits et légumes avec les grossistes Pronatura et Dynamis, la charcuterie et les produits traiteurs avec Di Spé Ré BIO, les produits laitiers de BioVive, l’épicerie bio et sans allergène spécialité de Maison Bio’Sain, les produits de producteurs provençaux d’ABC Provence et la plus grande cave à vin bio d’Europe, celle de Parigovino.

ProNatura favorise la culture bio

Sur 1800m2, le grossiste Pronatura  propose une gamme exceptionnelle de fruits et légumes frais 100% bio, de fruits secs et séchés ainsi que des produits transformés (jus et purées de fruits, préparation de légumes). ProNatura apporte une importance toute particulière au maintien d’une agriculture paysanne respectueuse de l’environnement, à la variété des cultures et se porte garante de la sécurité alimentaire du consommateur.

Mais ce qui a retenu notre attention, c’est l’accompagnement concret des agriculteurs qui souhaitent convertir leur production traditionnelle au bio. ProNatura s’engage à vendre les productions des agriculteurs en conversion qui ne peuvent être encore vendues sous l’appellation bio mais qui entraînent des surcoûts de production. L’enseigne a ainsi développé un partenariat unique avec les producteurs régionaux: planification de cultures, choix variétal et contractualisation des volumes, conseils agronomiques et assistance technique, soutien financier etc.





Source : 

2 commentaires:

  1. Anonyme2.3.16

    PLUS POUR LONGTEMPS CAR GRACE A NOS POLITIQUES VERMOULUS = TAFTA....TISA les ricains se pointent avec toutes leurs merdes imposées ( hormones..vaccins..pesticides..OGM/AGM..irradiations etc..etc..)alors que les peuples n'en veulent pas:les comptes se regleront bientot avec ceux et celles qui auront autorisé ca .

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme2.3.16

    j'aimerais savoir, après être passée par les ioniseurs ?

    RépondreSupprimer