samedi 6 février 2016

Naucratis, cité antique redécouverte dans le delta du Nil


Il faut remonter au Ve siècle avant Jésus-Christ pour que son nom soit mentionné dans les écrits d'Hérodote. Naucratis, cité antique grecque installée sur le Delta du Nil en Egypte, a été retrouvée par des scientifiques du British Museum.


C'est une sorte de "Manhattan cosmopolite avec de hautes maisons de briques crues" qu'évoque Ross Thomas, curateur au British Museum pour décrire Naucratis, cité antique dont on avait perdu la trace depuis la fin du 19e siècle. "En réalité, cette cité se situe dans le delta du Nil, sur la branche du canopique, à 72 kilomètres au sud-est d'Alexandrie", explique la journaliste et égyptologue Florence Quentin.

On avait complètement perdu sa trace, elle a été redécouverte en 1884 par un égyptologue britannique, Flinders Petrie. Mais on n'avait découvert qu'une seule partie de cette grande cité qu'on pensait beaucoup plus modeste que ce que le British Museum tend à nous prouver aujourd'hui puisqu'il semblerait qu'avec 10.000 pièces d'époque découvertes, ce serait l'une des villes commerçantes les plus importantes du monde antique en méditerranée." La surface à fouiller, de 30 hectares estimés au départ, serait en réalité du double, et les sondages des scientifiques du British Museum seraient très prometteurs, d'après Florence Quentin.

Naucratis, "la maîtresse des navires"

10.000 objets qui révèlent une ville cosmopollite, d'une extraordinaire richesse. Avec quelques suprises, à l'instar de la découverte de morceaux de bois de navire, qui tendraient à prouver que cette branche du canopique était navigable, contrairement à ce que les historiens pensaient jusqu'à présent. "On pensait avant que les commerçants accostaient sur les ports en Méditerranée et qu'on amenait par barges les objets de négoce jusqu'à Naucratis, on sait aujourd'hui que certainement on pouvait aller en bateau jusqu'à Naucratis," raconte Florence Quentin. Après tout, Naucratis signifie bien "la maîtresse des navires".

Une ville cosmpolite et ouverte

Les premières fouilles font apparaître une ville à l'architecture comparable au Yémen actuel, "peuplée de tours d'habitation assez hautes, de 3 à 6 étages". Une cité extrêmement cosmopolite, où "il apparait par exemple que des temples grecs côtoyaient des temples égyptiens, ce qui est le signe d'une société ouverte, avec un syncrétisme religieux tout à fait intéressant," s'enthousiasme Florence Quentin. 

Autre découverte exceptionnelle, qui lève le voile sur un pan de la vie des femmes de cette ville. "On a des inscriptions qu'on ne connaissait pas qui nous montrent que certaines d'entre elles étaient des négociantes." Or "pour les Grecs, les femmes étaient d'éternelles mineures, et les femmes grecques en Egypte avaient presque un statut équivalent aux femmes égyptiennes, qui étaient considérées comme les égales des hommes."



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire