lundi 11 janvier 2016

Les privatisations des aéroports de Nice et de Lyon en février


Le gouvernement prévoit de lancer en février les appels d'offres pour la privatisation des aéroports de Nice-Côte d'Azur et de Lyon-Saint Exupéry une fois que les cahiers des charges auront été finalisés fin janvier, ont indiqué à Reuters des sources proches du dossier.

Le ministère de l'Economie souhaitait initialement lancer la privatisation des deux aéroports avant fin 2015 mais le processus a été reporté à début 2016 en raison notamment des élections régionales de décembre.

"L'idée est de finaliser les cahiers des charges à la fin du mois de janvier pour un lancement des appels d'offres probablement en février", a dit l'une des sources. "L'objectif est de finaliser ces opérations pour la fin de l'été."

L'Agence des participations de l'Etat (APE), qui pilote le processus de privatisation, n'a pas souhaité faire de commentaire pour le moment. Au ministère de l'Economie, une porte-parole n'était pas en mesure de commenter l'information dans l'immédiat.

Après la vente, fin 2014, de près de 50% du capital de Toulouse-Blagnac, le gouvernement a décidé l'an dernier de mettre en vente ses participations de 60% au capital des aéroports de Lyon et de Nice.
Selon une des sources, la décision n'a en revanche pas été prise concernant le lancement simultané ou non des deux processus de privatisation.

"Cela fait partie des arbitrages. Le lancement de processus successifs est assez envisageable mais ce n'est pas tranché."

Des sources parmi les repreneurs potentiels s'attendent à ce que la privatisation de l'aéroport de Nice soit lancée avant celle de Lyon.

De nombreux groupes et fonds d'investissement spécialisés dans les infrastructures ont d'ores et déjà manifesté leur souhait de participer aux enchères.

Des offres sont notamment attendues de groupes comme l'italien Atlantia, l'opérateur de l'aéroport de Rome, l'australien Macquarie, des fonds Global Infrastructure Partners ou Industry Funds Management.

Le groupe espagnol d'infrastructures Ferrovial s'est allié, selon des sources, à la société d'investissement Meridiam.

Vinci, la Caisse des dépôts et Predica, filiale d'assurance du Crédit agricole ont formé ensemble un consortium pour participer aux privatisations, tandis que le fonds Cube s'est allié à l'aéroport de Genève pour les enchères sur Lyon-Saint Exupéry.

Le groupe Aéroports de Paris (ADP) compte quant à lui participer au seul appel d'offres sur l'aéroport de Nice.


Ces privatisations pourraient rapporter à l'Etat jusqu'à 1,5 milliard d'euros.

2 commentaires:

  1. Anonyme11.1.16

    "Ces privatisations pourraient rapporter à l'Etat jusqu'à 1,5 milliard d'euros"
    J'appelerais pas cela un rapport mais plutôt un appauvrissement !!

    A force de vendre la France il n'en restera plus rien !!
    Les autoroutes, bientôt les barrages à quand les oeuvres de nos ancêtres comme notre Dame de Paris ou le Château de Versailles...

    François 1er doit se retourner dans sa tombe !!!

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme14.1.16

    étant donné que personne ne se réveille toutes les Sociétés Commerciales, vont être vendues à tous les voyous sionistes de la terre et beaucoup de gens travailleront encore et encore pour remplir les poches de ces derniers

    RépondreSupprimer