mardi 26 janvier 2016

Calais : les migrants incités à demander l’asile en France


France 2 a suivi une équipe de quatre fonctionnaires de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides dans la "jungle" de Calais.

La France veut convaincre les migrants de la "jungle" de Calais de faire une croix sur leur rêve de rejoindre l'Angleterre, et de plutôt demander l'asile en France. 


Des agents de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) arpentent chaque mercredi le camp de Calais (Pas-de-Calais) pour retenir les migrants. France 2 a suivi une équipe de quatre agents de l'Ofpra dans leur mission.

"Vous êtes là depuis deux, trois mois, vous méritez maintenant d'être dans un endroit sec, où vous pourrez manger, où vous pourrez dormir et réfléchir à ce que vous voulez faire", explique une fonctionnaire à quelques migrants regroupés autour de la petite délégation. "Si vous faites votre demande d'asile en France, si vous relevez de la protection, vous obtiendrez l'asile en quelques semaines," ajoute-t-elle face à des personnes dubitatives.

"C'est difficile de trouver du boulot" en France

L'Ofpra est l'établissement public français chargé de l'application des textes ainsi que des conventions internationales relatifs à la reconnaissance de la qualité de réfugié ou d'apatride. Près de 80% des 4 000 personnes qui vivent dans le camp de Calais relèvent du droit d'asile en France.

Les raisons pour lesquelles ces migrants veulent traverser la Manche sont claires, et ils le disent : "Ils ont de la famille en Angleterre, mais aussi, c'est difficile de trouver du boulot" en France, lance un migrant dans un bon français. Voici le reportage de France 2 à Calais et dans le camp du Basroch, à Grande-Synthe (Nord).

1 commentaire:

  1. Anonyme27.1.16

    C'est vraiment du n'importe quoi !!
    Nous avons un chômage qui augmente (malgré les trucages statistiques !) et on prend en charge à tout point de vue (logement, sécu, indemnités diverses etc.) des personnes qui ne sont pas toutes des réfugiées !!

    C'est la démon-cratie ??

    Yaka faire un référendum pour voir si ceux à qui on augmente les impôts sont d'accord ??

    "C'EST NOUS QU'ON PAYE..." (disait Coluche !)

    RépondreSupprimer