vendredi 6 novembre 2015

La Russie reçoit avec écœurement les caricatures de Charlie Hebdo sur le crash de l’A321


C’est avec beaucoup de colère et d’acrimonie que les Russes ont réagi à la publication dans la revue satirique Charlie Hebdo de caricatures tournant en dérision l’accident de l’A321 qui a fait perdre la vie à 224 personnes.



Une caricature intitulée «Daesh: l'aviation russe intensifie ses bombardements» montre des débris de l’avion et des fragments de corps humains tombant sur un combattant de Daesh. Charlie Hebdo fait ainsi référence aux frappes aériennes russes contre Daesh en Syrie. Un autre dessin nommé «Les dangers du low-cost russe. J'aurais dû prendre Air Cocaïne» représente un crâne avec des lunettes de soleil, un avion russe carbonisé en arrière-plan. On fait ici référence aux deux pilotes français qui ont fui la République dominicaine afin d’échapper à leur condamnation à 20 ans de prison pour trafic de stupéfiants.

La réaction des internautes ne s’est pas fait attendre sur différents réseaux sociaux :
Un utilisateur de Twitter se demande pourquoi Charlie Hebdo n’a pas caricaturé les membres de son personnel abattus par les deux djihadistes en janvier dernier. Il ajoute même, avec sarcasme : «Cela aurait été vraiment marrant pour eux».

D’autres estiment qu’il ne faut pas répondre à ces «provocations dégoûtantes» car elles n’ont comme but ultime que de provoquer un buzz médiatique.

Les autorités russes se sont également indignées des caricatures de Charlie Hebdo.
Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin a fait savoir que la Russie ne déposerait pas de plainte contre les auteurs de ces caricatures «blasphématoires». Il a ajouté que «cela n’a rien à voir avec la démocratie ou la liberté d’expression».

Alexeï Pouchkov, le président de la commission des affaires internationales du parlement russe, a publié sur son compte Twitter : «Y a-t-il des limites à la russophobie dans les médias occidentaux ? Lorsque tout le monde pleure, Charlie Hebdo prêche son droit ignoble au sacrilège».I

l martèle dans un second post : «En Russie, après les blasphèmes de Charlie Hebdo sur les morts dans le ciel au-dessus du Sinaï, seul un salaud peut soutenir le slogan Je suis Charlie».

Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a elle aussi inscrit avec ironie, sur sa page Facebook : «Y a-t-il encore quelqu’un, "Charlie"?», en renvoyant à la célèbre formule «Je suis Charlie», scandée par les partisans de la revue satyrique après le massacre de janvier.

Aujourd’hui, deux nouveaux hashtags #Charlie Hebdo et #Je ne suis pas Charlie ont inondé les réseaux sociaux.

Des personnalités étrangères se sont également manifestées. Ainsi, le cinéaste serbe Emir Kusturica a déclaré à la chaîne de télévision russe REN-TV que cette publication de Charlie Hebdo était «une provocation manifeste».

Charlie Hebdo avait fait scandale en provoquant une vague de manifestations dans les pays musulmans suite à leurs dessins caricaturant le prophète Mahomet. Maintenant, la revue semble vouloir tirer profit de la souffrance humaine.

3 commentaires:

  1. quand on voit celui qui tient le journal en riant ça veut tout dire BHL si je ne me trompe

    RépondreSupprimer
  2. Perroquet Parano11.11.15

    Les torchons comme «Charlie Hebdo» sont utiles, malgré tout. Grâce à eux, le monde verra de plus en plus que la «Lumière» que l'Occident prétend apporter au monde est en réalité filtrée par une bonne couche de fange et de pisse, dans lesquelles l'élite se vautre d'ailleurs joyeusement. Vide de substance, il ne reste plus à la société post-moderne que l'humour noir et le rire jaune; éloignée de toutes les valeurs, elle rit de tout, sauf de son propre constat existentiel: «je ne suis rien». Voilà pourquoi il est interdit d'être Charlie. Parce que c'est le dernier rempart que les bobos globalisés peuvent ériger entre eux et le néant.

    RépondreSupprimer