mercredi 25 novembre 2015

DES SCIENTIFIQUES CRÉENT DES CIRCUITS ÉLECTRONIQUES SUR DES ROSES VIVANTES POUR CRÉER DES CYBORGS BOTANIQUES


Dans ce qui semble être la plus improbable des unions, une équipe de scientifiques du Laboratoire de l’Université de Linköping pour les composants électroniques organiques en Suède travaillent à combiner des fleurs, des arbustes et des arbres avec de l’électronique pour produire une race de cyborgs botaniques. Dirigés par le professeur Magnus Berggren, les chercheurs ont utilisé des polymères semi-conducteurs pour créer les composants clés de circuits électroniques analogiques et numériques dans une rose.

Pendant des décennies, les scientifiques ont utilisé des appareils électroniques pour étudier les plantes, mais cela a généralement impliqué la connexion de machines aux plantes avec des résultats peu satisfaisants. Ce que les chercheurs visent à Linköping est la fusion des plantes et de l’électronique. Cela peut sembler quelque chose que le Dr Frankenstein aurait pu faire pendant son jour de congé, mais il y a de la logique derrière tout cela.

Selon les chercheurs, les composants électroniques classiques sont utilisés pour envoyer et traiter des signaux électroniques, mais les plantes ont un système analogue pour le transport des ions, des processus chimiques et des hormones de croissance. Le point où les deux se rencontrent est dans le domaine des polymères semi-conducteurs.

Ceux-ci utilisent non seulement des électrons pour transporter des signaux, mais aussi les ions. Ce sur quoi l’équipe a réfléchi est que si ces polymères peuvent être introduits dans une plante, ils pourraient combiner des signaux électroniques aux signaux des ions de la plante et convertir les signaux de plantes en composants électroniques.



En deux années de recherche, l’équipe a constaté que par l’introduction d’un polymère hydrosoluble appelé PEDOT-S dans une rose, cela a formé un hydrogel dans un film mince le long du canal qui permet à la rose d’absorber l’eau et les nutriments. Ils ont été également capables d’induire que la plante produise des membranes polymères avec une électrode à chaque extrémité et une porte au milieu – en d’autres termes, un transistor organique fonctionnel.

En outre, l’équipe a utilisé une infiltration sous vide pour introduire une variante de PEDOT et de fibres de nanocelluloses dans le feuillage de la rose pour créer des cavités de type éponge qui ont été remplies avec un polymère conducteur. Ces cellules sont essentiellement des pixels séparés par les veines des feuilles qui ont une fonction électrochromatique à changement de couleur similaire à un affichage de caractère imprimé.

L’équipe explique que le processus est peu coûteux et promet de combiner les fonctions de l’électronique avec la résistance au froid et l’humidité des plantes. En utilisant les polymères, il peut être possible de lire et de réguler la croissance de la plante et d’autres fonctions en contrôlant les concentrations de diverses substances. En outre, il pourrait y avoir des applications plus exotiques, telles que le transfert d’énergie collectées par photosynthèse dans une pile à combustible ou la conversion des plantes en antennes vivantes.

« Maintenant, nous pouvons vraiment commencer à parler de centrales électriques, » assure Magnus Berggren. « Nous pouvons placer des capteurs dans les plantes et utiliser l’énergie formée dans la chlorophylle, produire des antennes vertes ou produire de nouveaux matériaux. Tout se produit naturellement, et nous utilisons les propres systèmes uniques très avancées de la plante. »



1 commentaire:

  1. Anonyme27.11.15

    il est temps de leur mettre la camisole aux dégénérés de la secte, c'est çà la COP21 ? tout un tas d'investisseurs qui vont s'échanger des cartes de visite pour détruire un peu plus la planète avec des inventions de dingues
    nous voulons les énergies libres qu'on nous a volées il y a plus de 60 ans

    RépondreSupprimer