vendredi 16 octobre 2015

Gerald Celente: ” Voilà pourquoi les banques centrales sont si terrifiées ! “


Un des meilleurs prévisionnistes au monde sur les tendances s’est exprimé sur le site Kingworldnews en expliquant pourquoi les banques centrales sont si terrifiées.


Cet article comprend également un graphique unique et parlant que tous les lecteurs de kWN à travers le monde doivent voir.

Gerald Celente: Il y a près d’un an, le 29 octobre 2014, la Réserve fédérale américaine avait annoncé qu’elle mettait fin au troisième quantitative easing( QE3 ou 3ème campagne de planche à billets), son troisième cycle de rachats d’obligations devait relancer l’économie mais a surtout gonflé son bilan de 3500 milliards de dollars…

Pas plus inquiète de la faiblesse globale des marchés actions que de ” l’inflation qui risque de poursuivre sa baisse sous les 2 % ” la Fed a déclaré qu’il n’y aurait pas besoin d’un quatrième quantitative easing (QE4).

Tout en promettant de maintenir sa politique de taux d’intérêt à zéro qu’elle a mis en place depuis 2008 (ce qui commence à faire long), le monde s’attendait, en fonction des prévisions de croissance de la FED, de l’inflation et de la tendance haussière des marchés financiers, à ce qu’elle remonte ses taux d’intérêt mi-2015.

La Fed s’est trompé et le monde aussi.

Pour en revenir à la réunion de la mi-Septembre du Comité monétaire de la FED (FOMC). Face à l’effondrement des cours des matières premières, à la chute des devises, à la baisse des marchés actions et au cycle déflationniste mondiale, le FOMC, craint que l’économie chinoise ralentisse et que l’économie mondiale rentre en récession, ce qui justifie le fait de ne pas augmenter les taux d’intérêt.

Mais à peine une semaine plus tard la version avait changé. La raison donnée pour ne pas augmenter les taux n’était plus à l’ordre du jour. Au lieu de cela, une hausse des taux se profilait à nouveau dans un horizon proche.

La présidente de la Réserve Fédérale Américaine, Janet Yellen, qui s’exprimait à l’Université du Massachusetts, avait signalé que la Fed pourrait relever ses taux avant la fin de l’année, parce que l’inflation devrait augmenter et la patronne de la Fed avait aussi affirmé que la banque centrale surveillait les développements à l’étranger mais ne prévoyait pas, « pour l’instant, que leur impact sur l’économie des États-Unis soit suffisamment important pour avoir un effet significatif sur la trajectoire » de la politique monétaire.

Une autre semaine, une autre histoire

Le jeudi 8 Octobre, lorsque les minutes de la réunion du Comité monétaire de la FED de mi-Septembre ont été rendus publics, la version était différente de celle donnée par Janet Yellen à Amherst, l’université de Massachusetts. Alors que Janet Yellen n’avait pas anticipé les effets significatifs “des évolutions récentes” à l’étranger sur la hausse probable des taux avant la fin de l’année, les minutes de la FED avaient révélé que le comité monétaire était profondément préoccupé par les indices qui “étaient très volatiles,” et par les répercussions des événements mondiaux sur l’économie mondiale.

Selon les minutes de la FED, “Lors d’une session conjointe du Federal Open Market Committee (FOMC) et du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale, les inquiétudes sur la croissance économique mondiale et les turbulences sur les marchés financiers ont conduit les acteurs du marché à une plus grande incertitude au sujet de la date probable du début de la normalisation de l’orientation de la politique monétaire des États-Unis”. En clair, ils ne sont pas pressés de voir augmenter les taux d’intérêt vu le contexte général qui se dégrade.

kingworldnews Note: Le graphique ci-dessous montre un canal baissier dans le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans . Ceci est un signe de mauvais augure pour l’avenir des États-Unis et celui du monde.



Et pourquoi les banques centrales sont si terrifiées ?

La Fed a peur de faire quoi que ce soit étant donné les conséquences possibles d’une hausse des taux vu les “préoccupations au sujet de la croissance économique mondiale et des turbulences sur les marchés financiers», d’ou les messages contradictoires. Ou est-ce simplement un autre exemple de l’incompétence de la Fed ?

En effet, l’ancien Président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke a admis dans son nouveau livre que la Fed avait sous-estimer les dangers qui avaient conduit à la panique de 2008. Compte tenu des incertitudes liées à la prise de décisions, se pourrait-il que la FED ne sache pas quoi faire ?

Tendance et prévisions: Indépendamment de la politique de la Fed, nous maintenons notre prévision sur une importante crise des marchés actions à la fin de l’année et des pressions récessionnistes à l’échelle mondiale.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire