mercredi 16 septembre 2015

Un hôtel imprimé en 3D aux Philippines


Alors que les projets d’impression 3D dans le secteur de la construction commencent peu à peu à voir le jour autour du globe, le Lewis Grand Hotel, situé aux Philippines, publie les premières images d’un gigantesque chantier ayant recours à cette technologie pour la création d’un bâtiment de 135 mètres carrés.
Basé dans la ville d’Ángeles aux Philippines, le Lewis Grand Hotel a fait appel à l’entrepreneur Andrey Rudenko afin de construire une extension mesurant près de 10,5 mètres de large par 12,5 mètres de long pour une hauteur de 3 mètres de haut.


Une fois terminée, la structure devrait abriter une extension de l’hôtel de 135m carrés
Pour la fabrication, Andrey Rudenko a eu recours à l’impression 3D de béton, un procédé similaire à la technologie de dépôt de filament, qu’il connait bien. En 2014, il réalisait ainsi dans son propre jardin une réplique taille réduite d’un château médiéval en déposant un mélange de béton couche par couche à l’aide d’un bras motorisé fabriqué dans son garage.

À la différence des constructions déjà réalisés par impression 3D, comme celles du chinois Winsun Decoration ou celles à venir de la ville de Dubaï,  l’extension du Lewis Grand Hotel constitue à priori la première habitation ayant réellement vocation à recevoir des occupants.


Le Lewis Grand Hotel a fait appel à l’entrepreneur Andrey Rudenko pour le projet
« C’est le premier hôtel imprimé en 3D au monde, incluant également un large jacuzzi imprimé en 3D. Pour être précis, il s’agira d’une maison privative servant d’extension à l’hôtel. La maison présentera plusieurs chambres avec baignoire, ainsi qu’un salon avec jacuzzi, » explique Lewis Yakich, propriétaire de l’établissement.

L’imprimante 3D a été spécialement développée aux États-Unis avant d’être exportée et assemblée aux Philippines. Pour le matériau d’impression, Andy Rudenko utilise du béton issu de matériaux locaux. Une technique qui selon l’entrepreneur, pourrait lui permettre de réduire de 60% les coûts de construction à l’avenir.


« Nous avons ici un sable spécifique composé de cendres volcaniques difficile à extruder mais offrant de très bons résultats, avec de solides murs et de très bonnes liaisons entre les couches Cela a effectivement pris plusieurs mois afin de tout préparer mais nous sommes maintenant prêts pour imprimer une habitation de taille moyenne en une semaine à partir de sable bon marché et comprenant la plomberie et l’électricité » confie Andrey Rudenko au site 3ders.

Au final, il aura fallu près de 100 heures pour bâtir la structure de l’habitation, sans compter les temps nécessaires à la pose des tuyaux et des câbles électriques. En vidéo, un aperçu de la phase d’impression :











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire