mardi 22 septembre 2015

LA RUSSIE EN SYRIE, MENACES ET OPPORTUNITÉS POUR ISRAËL


Si Netanyahou et Poutine parviennent à s'accorder, la présence russe pourrait stabiliser le nord d'Israël


Le Premier ministre Benyamin Netanyahou va s’envoler lundi pour Moscou accompagné du chef d'Etat-major Gadi Eizenkot pour essayer de parvenir à une une meilleure entente avec la Russie, qui est devenue un acteur et une force militaire de premier ordre dans la guerre syrienne. Pendant ce temps sur le terrain, les Russes ne semblent pas chômer. Ce week-end, 27 avions de combat Sukhoi et d'autres types d'avions militaires ont atterri sur le territoire contrôlé par le régime, arrivés directement du sud de la Russie, via l'Iran et l'Irak.

L'aéroport établi par la Russie et dont elle est la seule à se servir constitue le plus récent élément de la présence militaire russe en Syrie. Un autre aspect important est le port militaire dans la ville de Tartous. Tant la base aérienne que le port sont situés dans ce qui est connu en Israël comme "La petite Syrie", soit l'enclave alaouite au nord de Lattaquié qui descendant vers le sud le long de la côte et mène jusqu’à Damas.

Cette enclave est entièrement sous le contrôle du régime d'Assad et c’est à travers elle qu’il obtient l'aide militaire des Russes et de l'Iran. Les soldats russes déployés en Syrie et l'éventail des armes fournies par Moscou, destinés à protéger le régime contre les rebelles islamistes, entravent la liberté d'action d’Israël en Syrie et au Liban.

Cela étant, l'existence d'un avant-poste militaire russe dans l'enclave alaouite peut également favoriser la stabilité dans la région et prévenir une confrontation entre Israël et l'axe radical chiite dirigé par l'Iran. Voilà précisément pourquoi Netanyahou se rend à Moscou pour rencontrer Poutine: l'objectif est de maintenir et même d'améliorer la stabilité au nord de la frontière.

Dans un premier temps, il s’agit d'éviter une escalade provoquée par des rencontres indésirables entre des avions de combat et des missiles anti-aériens russes et des avions de l'armée israélienne, ou encore que des avions russes franchissent la frontière du Golan pour aider l’armée d’Assad.

Dans un second temps Netanyahou va tenter de se coordonner avec la Russie pour éviter des malentendus causés par les frictions entre l'armée israélienne et le Hezbollah, ainsi qu’entre l'armée israélienne et les forces iraniennes et l'armée syrienne, qui se battent contre les rebelles opérant dans les hauteurs du Golan et ailleurs en Syrie. Les Russes peuvent jouer un rôle positif à cet égard.

Netanyahou se rendra à Moscou les mains vides. La demande de rencontrer Poutine suffit à l'ambition russe d’obtenir le statut de puissance mondiale égal à celui des États-Unis dans l'arène internationale, et au Moyen-Orient en particulier.

Il y a seulement quelques jours, Qasem Soleimani, le chef de la Force Qods iranienne a tenu une deuxième réunion avec le président russe au Kremlin. C'est maintenant au tour de Netanyahou. Washington ne peut que rêver d'organiser ces rencontres, en raison de ses relations tièdes avec l'Iran et avec Israël, tandis que Poutine parle à tout le monde et tout le monde veut lui parler, au moins au Moyen-Orient.

Par ailleurs, les Américains ont admis cette semaine, en grinçant des dents, que leur politique en Syrie a échoué et qu’elle ne mène nulle part. Le secrétaire américain à la Défense a même appelé son homologue russe pour coordonner leurs positions concernant les frappes contre le groupe Etat islamique (EI). Rien que pour cela, la construction de l'aéroport au nord de Lattaquié valait la peine. 

L'avant-poste russe ne pose pas vraiment un danger réel pour Israël, mais pourrait constituer une menace potentielle ou une opportunité.

En établissant un avant-poste militaire en Syrie, la Russie réalise ce qui suit:

A. Elle consolide son emprise militaire dans la Méditerranée orientale, faisant contrepoids à la présence américaine en Turquie et à d'autres pays méditerranéens de l'OTAN.

B. Elle embête les États-Unis, qui jusqu'à présent ont été l'acteur dominant dans la région. Moscou fait cela en partie pour arracher des concessions à l'Occident sur la question de l'Ukraine: l'allègement des sanctions économiques imposées contre elle et peut-être même la reconnaissance de l'indépendance des régions orientales de l'Ukraine.

C. Poutine va générer un gain politique par son aide au régime d'Assad et un gain économique par la vente d'armes au régime syrien, financé par l'Iran.

D. La présence aérienne russe va prévenir une situation comme en Libye, où les puissances occidentales et la Turquie ont imposé une zone d'exclusion aérienne pour les avions du régime d’Assad.

D'un point de vue israélien, la création de la base aérienne russe sur le sol syrien crée les risques suivants:

A. Des missiles sol-air de haute qualité pourraient sortir de Syrie et se retrouver dans les mains du Hezbollah. Dans le passé, l'Iran a essayé de transporter des batteries SA22 jusqu’au Hezbollah. Ces missiles avaient été expédiés à la Syrie en provenance de la Russie en 2006.

B. La base russe va rendre difficile pour Israël d’intercepter les missiles de croisière P-800 Oniks que les Russes ont vendu aux Syriens. Ces missiles, qui ont une portée de 300 km, constituent une menace pour les navires de la Marine en cas de guerre.

C. La coopération irano-russe et la base russe dans l'enclave alaouite donnent aux Iraniens une présence importante dans la région.

Cependant, s’il y a une coordination et même une coopération limitée entre Israël et la Russie, la présence russe dans “La petite Syrie" pourrait stabiliser la situation ou même prévenir une guerre. En outre, Israël a un intérêt évident à ce qu'aucune des parties belligérantes en Syrie ne gagnent et qu'elles restent occupées à se battre entre elles. La présence russe accrue dans l'enclave alaouite va certainement perpétuer une situation dans laquelle aucune des parties ne peut prévaloir. .


Ron Ben-Yishai est un correspondant de guerre et analyste en matière de défense. 

4 commentaires:

  1. LES DÉS SEMBLENT JETÉ ! LE HIC ! NETANIAHOU LE TUEURS MAFIEUX !
    PAS CAPABLE !!

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme22.9.15

    Poutine le clone des ET bienveillants enfin !

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme22.9.15

    La source www.i24news.tv sont les médias Juifs nous faisant croire ( du moins à leurs lecteurs ) que les USA combattent EI.
    Sinon ces médias font aussi croire d'une possible alliance avec la Russie pour les naïfs lecteurs tout en sachant que non.

    Mais sinon bien joué Poutine, c'est bien il faut envoyé des armes, des chars, etc et en finir dans cette région avec ses magouilles USA/ISRAËL

    RépondreSupprimer
  4. c'est ce me fait craindre l'ENTOURLOUPETTE USA / ISRAËL DEUX ARDENTS DÉFENSEURS DU NOM.
    DU SABOTAGE POSSIBLE !! MAGOUILLE ,MANIPULATION !!!
    LA CABALE est après perdre la face au yeux de monde ! de même que l'ORGUEIL DES AMÉRICAINS et les sionistes D'ISRAËL se faire
    dicté la façon de faire par les RUSSES et POUTINE !! pas certain que ça va bien se passé !!

    RépondreSupprimer