mardi 29 septembre 2015

Immortus, la voiture de sport solaire qui pourrait rouler indéfiniment


EVX, une jeune entreprise innovante australienne, fait le pari de pouvoir commercialiser une voiture de sport à énergie solaire. L’Immortus est un coupé deux places qui pourrait, en théorie, rouler indéfiniment grâce à ses 7 m2 de panneaux photovoltaïques. Il ne s’agit pour le moment que d’un projet qui, s’il voit le jour, s’adressera à une clientèle fortunée capable de débourser 330.000 euros pour s’offrir cette voiture unique en son genre.

La voiture la plus endurante qui soit, pouvant rouler aussi longtemps qu’il y a du soleil : voici ce que promet l’Immortus. Il s’agit d’un projet de voiture de sport dont les moteurs électriques seront alimentés par une combinaison de batteries et de panneaux solaires répartis sur la carrosserie. L’idée est portée par la jeune pousse australienne EVX qui a reçu le soutien de l’université de technologie Swinburne. Si elle parvient à réunir les 1,5 million de dollars dont elle a besoin (soit environ 1,3 million d'euros), EVX pense pouvoir commercialiser l’Immortus qui serait alors la première voiture de série à énergie solaire.

Tel que décrit actuellement par EVX, le concept se présente sous la forme d’un coupé deux places avec un petit coffre à bagages. L’Immortus sera dotée d’un châssis tubulaire avec des dimensions qui atteindront 5 mètres de long pour 2 mètres de large et une hauteur de 1,1 mètre. Le poids à vide, batteries comprises, sera de 550 kg. La carrosserie sera recouverte de 7 m2 de panneaux photovoltaïques faits de cellules en silicium assurant un rendement de 22 %.

160 km/h en vitesse de pointe

Les batteries lithium-ion, refroidies par air, offriront une capacité de 10 kWh. EVX dit vouloir travailler sur une combinaison de cellules qui seront pour certaines dévolues à la puissance et, pour les autres, au stockage de l’énergie solaire. Le recours à des supercondensateurs est également évoqué.

La voiture sera mue par deux moteurs électriques intégrés au niveau des porte-fusées des roues arrière et équipée d’amortisseurs à récupération d’énergie. La puissance nominale annoncée sera de 2,5 kW et la puissance de crête de 40 kW. En combinant l’énergie des panneaux solaires et celle des batteries, l’Immortus pourrait atteindre une vitesse de pointe de 140 à 160 km/h et son autonomie serait de 550 km à 85 km/h de moyenne. Et, si elle ne compte que sur le photovoltaïque, elle pourrait, selon EVX, rouler jusqu’à 80 km/h indéfiniment. Du moins tant qu’il y a suffisamment de soleil…


L’Immortus est avant tout une plateforme technologique dont plusieurs innovations pourraient, d’après EVX, être réutilisées dans l’industrie automobile. C’est le cas notamment des amortisseurs à récupération d’énergie ou du bloc moteur électrique-transmission intégré au porte-fusée de la roue. 

EVX a prévu un modèle économique un peu particulier. Il ne fabriquera pas l’Immortus directement dans une usine. L’entreprise compte fédérer un réseau d’assembleurs d’automobiles personnalisées qui recevront les pièces maîtresses de la voiture (bloc moteur, contrôleurs, amortisseurs, batteries…) avec les plans et les spécifications techniques. L’intention est de permettre au client final de personnaliser le design et la finition.

Une voiture solaire aux technologies réutilisables

L’idée de concevoir une telle voiture s’appuie sur l’expérience en matière de voitures de course solaires. Depuis 1987 se tient tous les deux ans en Australie la compétition World Solar Challenge. Elle oppose des voitures solaires conçues par des équipes internationales composées d’entreprises privées et de laboratoires universitaires qui doivent accomplir dans un délai le plus court possible une traversée de plusieurs milliers de kilomètres. L’édition 2015, qui se courra du 18 au 25 octobre, prévoit un trajet de 3.000 kilomètres entre Darwin et Adelaïde. C’est pour cela, estime EVX, que « la viabilité de la voiture solaire a été démontrée par les méthodes les plus scientifiques ».

Si la viabilité technique est acquise, reste à démontrer la viabilité commerciale. Et c’est là que les choses risquent de se compliquer. Car, à 330.000 euros l’unité, l’Immortus ne s’adressera qu’à une clientèle très fortunée, de surcroît adepte de ce type de technologie. EVX ne s’attend d’ailleurs pas à vendre plus d’une centaine d’exemplaires, ce qui serait déjà un beau succès. En revanche, l’entreprise a l’intention de commercialiser les différentes innovations que porte l’Immortus (moteur intégré au porte-fusée, amortisseur à récupération d’énergie…) sous forme de kits pour transformer les véhicules de série en modèles à propulsion hybride. Et c'est peut-être par cette voie qu'elle pourra atteindre une solidité financière qui lui permettrait de concevoir une Immortus 2 plus abordable.


En attendant, un modèle à échelle réduite et télécommandé de l’Immortus sera présenté au SEMA, la grand-messe mondiale du tuning qui se tient en novembre prochain à Las Vegas, aux États-Unis. Si EVX parvient à réunir les fonds nécessaires, elle pense pouvoir disposer d’un prototype fonctionnel fin 2016. À suivre donc…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire