mercredi 26 août 2015

100 % des steaks hachés contiendraient... des matières fécales


Un magazine américain de consommateurs révèle que la plupart des hamburgers contiendraient des bactéries fécales. Craint-on un risque un France ? Décryptage.

Les Français sont des grands consommateurs de viande de bœuf : ils en mangent 50 kilos chaque seconde, soit 1,55 million de tonnes de viande par an. Actuellement, un sandwich vendu sur deux est un hamburger, alors qu'il y a 15 ans, le rapport était de seulement d'un burger pour 9 sandwichs achetés. Pourtant, même si les Français en raffolent, les steak hachés contiendraient pour la très grande majorité d'entre eux... des matières fécales, affirme une étude scientifique commandée par le magazine américain de consommateurs Consumer Reports. Peu ragoutant!

Une bactérie qui réside dans l'intestin humain

Pour parvenir à cette conclusion, les biologistes en charge de cette étude se sont procurés 300 boîtes de steaks hachés industriels (200 kg au total) commercialisés dans 103 magasins (épiceries, grandes surfaces, boutiques bio) localisés dans 26 villes des États-Unis. Les chercheurs ont également analysé 181 échantillons de viande hachée issue de "l'élevage conventionnel"(représentant 97 % de la viande de hamburger vendue aux États-Unis) et 116 échantillons de viande "bio" (sans antibiotiques).

Résultat : la quasi-totalité de la viande hachée, qu'elle soit issue de l'agriculture "bio" ou non, contient des bactéries impliquant une contamination fécale : des entérocoques (voir graphique ci-dessous). Une bactérie qui réside habituellement dans l'intestin de l'homme mais qui peut causer des infections sanguines ou urinaires, voire dans de plus rares cas, des septicémies.



E. COLI. De plus, près de 60% des steaks hachés conventionnels et 40% des steaks bios contiennent la fameuse Escherichia coli, également d'origine fécale. Et lorsque les scientifiques ont testé la résistance aux antibiotiques des souches bactériennes qu'ils avaient identifiées, ils se sont aperçus que près d'un cinquième du bœuf haché produit de manière "conventionnelle" contenait des bactéries résistantes à au moins trois classes d'antibiotiques, comme le montre le graphique ci-dessous. Soit deux fois plus dans la viande hachée produite de façon plus durable et trois plus que pour les bœufs "élevés en plein air".



À ce stade, une question persiste : d'où proviennent ces matières fécales ? Le magazine explique qu'au moment de l'abattage et de la transformation, les excréments qui se trouvent sur la peau des bêtes ou qui sont restés piégés dans les intestins se retrouvent immanquablement... au bout de la chaîne de production. Mais la plupart du temps, ces bactéries sont présentes uniquement à la surface de la viande. Ce qui signifie que la chaleur - et donc une cuisson suffisante - permettrait de tuer la majorité de ces bactéries pour des morceaux de bœufs entiers. Mais avec du bœuf haché, les choses se compliquent puisque les bactéries se retrouvent alors au coeur même de votre hamburger. De plus, la viande et le gras utilisés pour fabriquer des steaks hachés proviennent très souvent de différentes bêtes : ainsi, un seul échantillon contaminé peut donc finir dans de nombreux steaks.

La contamination de bactéries fécales touche-t-elle la viande de bœuf en France ? "La France est l'un des pays au monde qui contrôle le mieux l'abattage et la transformation de la viande de bœuf, et davantage de précautions sont prises -comparé aux États-Unis- pour que les bêtes soient moins souillées, assure à Sciences et Avenir l'Anses (l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail). Cette surveillance est majeure puisque -rappelons-le- cette viande est destinée à être consommée notamment par de jeunes enfants." "À l'abattoir, la réglementation européenne prévoit notamment un critère indicateur d'hygiène des procédés fondé sur salmonelle (absence de salmonelles dans au moins 45 échantillons sur 50 échantillons consécutifs) ; en cas de non respect de ce critère, le professionnel doit procéder à des améliorations de l'hygiène de l'abattage", précise la Direction générale de l'alimentation.


Par mesure de précaution, le magazine américain recommande aux consommateurs d'acheter autant que possible leur viande hachée sur des chaînes d'approvisionnement alternatives. Et de la faire cuire à 160 degrés, ce que de nombreux Américains ne feraient pas. "Jusqu'à 28 % des Américains mangent la viande de bœuf crue ou insuffisamment cuite", commente Hannah Gould, épidémiologiste pour les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

4 commentaires:

  1. Anonyme26.8.15

    ayant bossé un peu dans l'agro alimentaire, en France on abat l'animal, puis on le dépiaute, puis on coupe le thorax de l'animal et on arrose abondement avec de l'eau pour enlever touts les viscères, tout ce qu'il y dedans. Après je ne sais pas s'il y a de la matière fécale dedans mais en tous cas cela me semblait propre hormis la torture animale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme27.8.15

      C'est surtout au USA qui contiennent des matières fécales mais bon avec bientôt le TAFTA on aura droit à ça aussi.

      Supprimer
  2. Vive le végétarisme alors

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme27.8.15

    je comprends mieux pourquoi mon chat ne voulait pas en manger suivons nos animaux
    par contre avec les chemtrails qu'ils nous balancent toute alimentation bio n'existe plus nous mangeons des nanoparticules de toutes sortes de métaux lourds qui vont remplacer nos organes sous forme de biofilms, constitués entre autres de particules d'insectes, il n'y a qu'à voir les tomates cette années de ceux qui cultivent en plein champs
    bon appétit !

    RépondreSupprimer