mardi 19 mai 2015

L'Ukraine s'effondre, selon le New York Times


En dépit de ses promesses de campagne, Piotr Porochenko n'a pas réussi à éradiquer la corruption ni à répondre aux espoirs des électeurs après un an de présidence en Ukraine, écrit mardi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

"Le pays est au bord de la faillite. Après une série d'assassinats politiques et de suicides mystérieux d'anciens hauts fonctionnaires, la peur se répand à Kiev. Les luttes internes commencent à diviser la coalition pro-européenne au parlement. Le risque d'un conflit continue d'émaner de l'est du pays. Un an après l'élection du président et six mois après le serment du nouveau parlement, l'Ukraine reste plongée dans un profond chaos politique et économique", juge le quotidien américain The New York Times.

"Que vous appréciez ou non Porochenko, il n'y arrive pas. Le gouvernement ukrainien est si faible et fragile qu'il est incapable de construire un État indépendant uni", estime Bruce Jackson, directeur de l'ONG Projet pour les démocraties en transition.

Le New York Times enchaîne: "La situation économique se dégrade continuellement. Rien qu'au premier trimestre 2015 la baisse du PIB était de 17,6%. Cherchant à éviter le défaut de paiement, les dirigeants négocient avec les créanciers la restructuration de la dette, mais aucune entente n'a été trouvée. Et voici que les représentants du gouvernement expriment ouvertement leur mécontentement: les 40 milliards de dollars que le FMI, l'UE et les USA s'apprêtent à lui prêter ne seraient pas suffisants", déplore le quotidien américain.

"Les manifestants du Maïdan sont surtout déçus car la promesse faite par le gouvernement de Piotr Porochenko et d'Arseni Iatseniouk d'éradiquer la corruption n'a pas été tenue. Au lieu de ça les autorités sont aujourd'hui elles-mêmes ciblées par des accusations du même acabit", note le journal, qui rappelle la récente création au parlement ukrainien d'un comité pour enquêter sur les accusations d'abus financiers contre le premier ministre. "Même les fonctionnaires directement chargés de lutter contre la corruption reconnaissent qu'il n'y a pas de changements systémiques", écrit le NYT se référant au procureur général adjoint de l'Ukraine David Sakvarelidze.

Le désordre dans le pays provoque de plus en plus de frictions entre Kiev et l'Europe, notamment avec l'Allemagne et la France dont les dirigeants, qui ont prêté leur aide dans les négociations sur le cessez-le-feu, sont désormais déçus par le faible rythme des changements.


"Où est la décentralisation? Où sont les promesses? Où sont les réformes?", s'interrogent les dirigeants européens selon Bruce Jackson. "Il n'est pas étonnant que la confiance dans le gouvernement chute", conclut-il.

Forbes: Sur quoi compte l'Occident, en investissant dans l'Ukraine?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire