mercredi 15 avril 2015

Stanford invente la batterie écologique et rechargeable en une minute


Début avril, l’université Stanford a annoncé avoir mis au point une batterie révolutionnaire. Conçue à partir d'aluminium, elle serait à la fois moins chère et plus durable que le lithium. Et même flexible !



Dans votre poche, il est probable que vous transportiez du lithium. C'est avec cette matière que, depuis les années 1990, la plupart des batteries de nos téléphones sont construites. Mais ces derniers sont devenus de véritables ordinateurs, nécessitant toujours plus d'énergie. Les performances du lithium ne suffisent plus. 

Des modes de recharge plus rapides et plus performants sont à l'étude, notamment à partir d'aluminium. En plus d'être disponible en grande quantité sur terre (le troisième élément le plus largement répandu, après l'oxygène et le silicium), ce métal offre une capacité de charge élevée et est recyclable. 

"Depuis des décennies, des chercheurs essayaient sans succès de développer une batterie aluminium-ion viable sur le plan commercial", explique le chimiste Hongjie Die, dans un article publié par l'université Stanford. Mais tous ces scientifiques faisaient face au même problème : la cathode, l'un des composant essentiels d'une batterie, se désagrégeait durant la charge.

DÉCOUVERTE ACCIDENTELLE

Le professeur Die et son équipe affirment avoir résolu ce problème. La clé de leur succès ? Une cathode à base de graphite, le matériau qui compose les mines de crayon. Les chercheurs expliquent avoir découvert de façon « accidentelle » que celui-ci se combine parfaitement à l'aluminium. 

Les chercheurs assurent que leur prototype peut se charger en une minute et est capable de subir 7 500 cycles de charge, là où une batterie au lithium n’en supporte que 1 000. Cette nouvelle batterie serait également plus sûre, selon le professeur. Contrairement à son équivalent lithium, "elle ne s'enflamme pas, même si vous la percez." Un risque désormais pris très au sérieux par les compagnies aériennes, après plusieurs départs de feu dans des Boeing 787. 

Enfin, la technologie mise au point à Stanford permettrait de fabriquer des batteries souples. Une caractéristique que les fabricants de téléphones espèrent voir arriver depuis des années afin de commercialiser des appareils flexibles.

Des performances qui n'impressionnent pas Elon Musk, le PDG de Tesla Motors, qui sait de quoi il parle : l'homme a récemment construit une méga-usine de batteries lithium aux Etats-Unis. Dans un tweet, l'homme d'affaires soulève les zones d'ombres qui continuent à planer au dessus de cette nouvelle batterie.

En effet, ce prototype ne fournit qu'une tension de 2 volts, ce qui est inférieur aux 3,6 volts d’une batterie conventionnelle. Elle promet aussi d'être plus encombrante, du fait d'une moindre "densité énergétique" de l'aluminium par rapport au lithium. Une donnée qui pourrait compromettre son utilisation dans des voitures électriques. 

Mais l’équipe de Stanford reste optimiste espérant "améliorer le matériau de la cathode" et ainsi "augmenter le voltage et la densité énergétique". "À part ça, assure le professeur Die, notre batterie a tout ce dont vous pourriez rêver.'" 

Et si sa miniaturisation était impossible, la technologie pourrait être utilisée au-delà de la téléphonie, par exemple pour stocker des énergies renouvelables de façon économique. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire