lundi 13 avril 2015

Privés de manif', ces Espagnols défilent... en hologrammes


A Madrid, les opposants à la nouvelle loi de sécurité intérieure ont organisé une manifestation d'hologrammes devant le Parlement espagnol. Reportage.

Ces manifestants là ne risquent pas de se faire embarquer par la police. La nuit vient de tomber à Madrid, vendredi 10 avril, quand démarre une drôle de procession devant le Congrès espagnol. Une centaine d'hologrammes en colère brandissent des pancartes "Liberté d'expression", "Non à la censure", ou "Stop la répression".


Privés de manif', ces Espagnols défilent... en hologrammes by L'Obs

L'Espagne inaugure une nouvelle forme de militantisme futuriste où les silhouettes de lumières ont remplacé les citoyens amers. L'objet du courroux ? Le gouvernement de Mariano Rajoy, qui vient de faire passer en force une loi de sécurité intérieure extrêmement répressive, que les opposants ont surnommé "loi du bâillon".

Dorénavant, toute personne manifestant sans autorisation, ou devant le Parlement, s'exposera à des amendes allant jusqu'à 30.000 euros. Les Espagnols devront-ils alors se transformer en hologrammes pour pouvoir conserver leur liberté d'expression ? C'est en tout cas le symbole qu'a mis en scène un collectif d'associations citoyennes à travers cette manifestation surréaliste.

Et pour que chacun puisse y participer, un site internet invitait les opposants à envoyer leurs cris de guerre, qui ont ensuite été ajoutés à la bande-son diffusée sur des haut-parleurs pendant la démonstration.

Cela fait des mois que les Espagnols se mobilisent pour que la réforme soit abandonnée, mais profitant de sa majorité au Parlement, le gouvernement a voté, seul contre tous, la "loi de sécurité citoyenne" qui entrera en vigueur en juillet prochain.

Pour nous c'est la fin de la démocratie en Espagne", se désole Carlos Escano, porte-parole du collectif organisateur "No Somos Delito" ("Nous ne sommes pas un délit").

Ils dénoncent aussi, parmi les autres points contestables de la loi,  l'interdiction de filmer les policiers, la possibilité pour les forces de sécurité de repousser les migrants de Ceuta et Melilla, et la réforme du Code Pénal.

Selon un sondage, 82% des espagnols sont opposés à la loi. Même l'ONU a prié le gouvernement espagnol de la retirer, et le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe a jugé que "l'Espagne prétend rendre légal ce qui ne l'est pas."

Mais à l'approche d'élections importantes (les municipales en mai, et les générales en décembre), le "Partido Popular" au pouvoir (droite conservatrice) a préféré satisfaire la frange réactionnaire de son électorat, exaspérée par les multiples rassemblements d'"indignés" depuis 2011. Seulement ses opposants n'entendent pas se laisser faire, et appellent à la désobéissance civile. Mais cette fois, en chair et en os.


J'ai interviewé un hologramme. Il avait les nerfs à vif by L'Obs

La projection holographique, comment ça marche ?

Pour donner l'illusion d'hologrammes en 3 dimensions, une vidéo tournée en studio, avec un fond vert, est projetée sur une surface semi-transparente d'environ sept mètres de long.


"En réalité, ce n'est pas une image directe qui est projetée, mais son reflet.", explique Javier Urbaneja, l'un des organisateurs. "Pour le tournage, nous avons demandé aux figurants de s’habiller avec des vêtements clairs car il faut que le sujet soit suffisamment éclairé pour que l'hologramme apparaisse bien opaque. Ensuite nous avons rajouté un effet visuel bleu, pour donner une sensation plus futuriste.", poursuit-il.

Cette technologie coûte très cher, heureusement le collectif a reçu le soutien gracieux de sociétés de productions et d'une grande agence de communication pour l'opération. La projection holographique demande aussi beaucoup de précision, selon Javier : "Le plus compliqué a été d'ajuster le dispositif au lieu. Il faut adapter l’installation en fonction des angles, des distances, de l’inclinaison du sol, car sinon l’illusion ne fonctionne pas."

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

2 commentaires:

  1. Ils ont eu une excellente idée. Mais comment est-ce qu'ils ont fait pour faire passer le son? En plus, j'ai l'impression qu'ils sont si réels. Je me demande pourtant l'impact de leur manifestation. En général, pas spécialement en Espagne, mais dans le monde entier, j'ai constaté que les dirigeants n'écoutaient pas tant qu'il n'y avait pas de dégâts.

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme14.4.15

    Faut pas non plus penser qu c'est sont les vrai manifestant, ceux qui on plus un rond et qui risque pas d'avoir développer cette technologie coûteuse... sinon les vrais manifestant ils deviennent quoi ? tjr un désert médiatique ? pire qu'un fake.

    RépondreSupprimer