lundi 16 mars 2015

La France lance un nouveau programme de satellites espions


D'ici à 2020, trois nouveaux satellites espions seront lancés par la France pour localiser les radars et réseaux de communications des forces adverses. Un système aux capacités uniques en Europe.

La France envoie ses espions dans l’espace ! La Direction générale de l’armement (DGA) vient en effet de commander la réalisation de trois satellites à Airbus Defence and Space, pour un lancement prévu en 2020, qui dote ainsi l'Hexagone d’une capacité unique en Europe et dont disposent quelques rares pays comme les Etats-Unis, la Russie et la Chine. Un privilège dont le coût est estimé entre 400 et 450 millions d’euros.

Ce programme baptisé Ceres (Capacité de renseignement électromagnétique spatiale) est chargé de faire du renseignement d’origine électromagnétique ou "ROEM" dans le langage militaire. Il aura donc pour mission de détecter et localiser toutes sortes d’émissions électromagnétiques comme les ondes émises par les radars de la défense anti-aérienne d’un pays ennemi. 

VOL EN FORMATION. "Imaginons que vous soyez dans un lieu – même isolé ou désertique – et que vous mettiez en fonctionnement un radar, celui-ci va émettre un signal. Les trois satellites du programme Ceres, volant en formation dans l’espace, vont passer au-dessus de la zone dans laquelle vous vous trouvez et détecter les signaux émis. Ceci est valable pour tout type d’émetteur électromagnétique, qu’il s’agisse d’émetteurs de télécommunications ou de radars", explique Laurent Boniort, directeur du programme Segment Sol d’Observation et manager de l’opération d’armement Ceres, sur le site de la DGA.

TRIANGULATION. La localisation se fait par triangulation. Les trois satellites volant en triangle à proximité les uns des autres captent un même signal – provenant par exemple d’un radar au sol – mais à des instants différents. Ce léger décalage permet de calculer précisément l’emplacement de la source. Ce n’est pas tout ! Ceres analysera cette source, sa fréquence, sa modulation voire ses déplacements dans le cas d’un radar mobile.


Des informations essentielles pour les armées qui pourront alors mettre en place une stratégie pour éviter la menace : brouillage, contournement ou même destruction du radar. L’analyse de ces émissions permettra aussi aux militaires de récolter de précieuses informations sur les technologies déployées par les forces adverses, leurs performances, la structure de leurs réseaux de télécommunications etc… En plus, à la différences de systèmes d’écoutes au sol, les satellites ont l’avantage de pouvoir épier n’importe quel point du globe.

1 commentaire:

  1. Anonyme17.3.15

    merci dr steven greer je viens de terminer le 2ème tome de "révélations" groupe du complexe militaro-industriel allez tous vous faire voir ailleurs, pour ne pas dire autre chose, le nouvel ordre mondial ne se fera par avec poutine ou tout autre dégénéré

    RépondreSupprimer