lundi 30 mars 2015

Crash de l’Airbus : des incohérences relevées dans la version officielle


Alors que l’enquête sur le crash de l’Airbus A320 se dirige désormais vers la personnalité d’Andreas Lubitz, un ancien commandant de bord a relevé plusieurs « incohérences » dans la version officielle détaillée par le procureur de Marseille ce jeudi.

La version officielle des circonstances du crash de l’Airbus A320 est-elle plausible ? Alors que l’enquête s’est dirigée vers la personnalité d’Andreas Lubitz, le co-pilote qui aurait volontairement crashé l’appareil, Gérard Arnoux, le président du comité de veille et de la sécurité aérienne et ancien commandant de bord, a relevé des « incohérences » dans la version dévoilée ce jeudi par le procureur de la République Marseille.

Selon l’ancien pilote, invité sur la plateau du Grand Journal jeudi soir, trois éléments ne collent pas avec la version officielle.

1. La respiration du co-pilote

Premièrement, selon Gérard Arnoux, il est impossible d’entendre le bruit de la respiration des pilotes à l’intérieur de l’appareil. Pourtant, c’est sur cet élément que se sont basés les enquêteurs pour affirmer que le co-pilote était bien conscient au moment des faits.

« Le procureur nous dit que pendant toute la descente, on entend le souffle du copilote », commence l’ancien commandant de bord. « Or, moi qui ai fait 18 ans d’A320, je peux vous certifier qu’on ne peut pas entendre le souffle de qui que ce soit, à moins que ce soit un asthmatique. Et encore, je n’en suis pas sûr. Parce qu’on a même demandé à la compagnie de nous donner des casques antibruit tellement on n’arrivait pas à se parler. L’A320, surtout les premières générations, était extrêmement bruyant au niveau soufflerie. Du coup, je peux vous certifier qu’on ne peut entendre le souffle. Ça n’est pas possible. »

2. Un bruit lors de l’activation du système ?

Deuxième incohérence selon l’ancien pilote : l’activation du système de descente ne fait absolument aucun bruit. Or, à nouveau, le procureur de la République de Marseille avait affirmé que les enquêteurs avaient entendu le copilote actionner volontairement ce système.

« Ça ne fait strictement aucun bruit », assure Gérard Arnoux. « Il n’y a que l’enregistreur des paramètres de vols qui nous le dira. Par contre, la descente est cohérente avec une telle action. »

3. Et l’alarme de la porte ?

Enfin, la dernière anomalie relevée par Gérard Arnoux concerne la porte du cockpit. Selon lui, elle aurait dû émettre un signal d’alarme si le copilote avait en effet refusé l’accès au commandant de bord.

« C’est peut-être une omission du procureur, mais normalement, quand le commandant de bord réclame l’ouverture de la porte, il le fait « standard » au début, avec un code. Et si ça ne répond pas, il le fait avec un code d’urgence qui est spécifique à cette machine. À ce moment-là, la porte doit s’ouvrir au bout de 30 secondes, sauf si l’autre pilote l’en empêche. Mais on ne nous a jamais parlé du bruit strident que ça fait durant 30 secondes. C’est pourtant une alarme extrêmement forte... »

Source : http://www.agoravox.tv

7 commentaires:

  1. Anonyme31.3.15

    Le vol 9525 , l’A 320 de la compagnie aérienne Germanwings a été « Disloqué » par des drones utilisant l’antigravitation et dotés d’armes à énergie dirigée haute fréquence, ils étaient deux, les témoins les ont confondus avec des avions, sauf que s’en était pas... des avions, l’avion ne s’est pas crashé tel que rapporté par les « merdias » au sens ou on l’entend mais a été « dégragmenté » c’est la même technologie qui a servie pour le 11 septembre 2001, la vitesse du zinc a fait le reste et tout a atterri en « miettes » sur le flanc de la montagne... voilà... c’est la guerre les amis, mais une guerre dont on cache les aspects... d’où la mascarade continuelle et le maquillage qui va avec...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "". . . a été « Disloqué » par des drones utilisant « l’antigravitation » et dotés d’armes à énergie dirigée haute fréquence. . ."". Là on rêve, pas qu'un peu !
      Est-ce que ces deux drones viennent aussi d'une autre galaxie ?

      Supprimer
    2. Anonyme31.3.15

      « On ne rêve pas un peu... » Rassurez-vous, si vous voyez parfois de longues traînées persistantes derrière les avions et que vous trouvez ça bizarre, ne craignez rien c’est sans doute une illusion d’optique .....

      Supprimer
    3. Anonyme5.4.15

      ce sont effectivement 2 avions US qui ont utilisé des armes à énergie dirigée, depuis les années 50 ils ont travaillé les bougres, ils ont construit des vaisseaux spatiaux et ont fabriqué toutes sortes d'armes dans le complexe militaro-industriel, (voir le récit du Professeur Wernher Von Braun et de Carol Rosin) ce ne sera pas pour notre bien, on ne remercie pas ceux qui ont transmis ces technologies contre l'enlèvement d'humains

      Supprimer
  2. Anonyme31.3.15

    Correction
    ... « a été Défragmenté »...

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme31.3.15

    Suite :
    Quant au contrôle mental il fait partie du processus, mais vient simplement en appui, pour s’inscrire dans le scénario qui a été prévu, celui du pilote ou co-pilote « Kamikaze » destiné à la couverture , en aucun cas pour arriver à ce genre de résultat un seul facteur suffit c’est toujours une combinaison de « process » qui le permet, je le répète l’avion a été « défragmenté » en vol.. la vitesse de l’avion a fait le reste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme5.4.15

      c'est tout à fait çà, je suis d'accord avec toi

      Supprimer