mardi 10 février 2015

« J’ai quitté le RSI pour sauver mon entreprise et ses salariés ». Entretien avec Arnaud Potier.


Le Mouvement des Libérés a pour objet d’informer sur le droit à la liberté de la protection sociale et sur les moyens de l’exercer. Arnaud Potier, qui en est membre, est un chef d’entreprise quimpérois qui milite pour le libre choix de son assurance maladie et retraite, un choix aujourd’hui entravé par le monopole de la Sécurité Sociale française.

Il organise, le 9 mars prochain, au Triskell de Pont-l’Abbé, une réunion d’information qui sera animée par le Docteur Claude Reichman – que nous présenterons prochainement – président du Mouvement des Libérés.

Rencontre avec l’organisateur de cette réunion qui pourrait, comme à Loperhet (29) il y a quelques semaines, attirer plusieurs centaines de personnes, bien décidés à fronder et à se libérer d’un poids étatique.

Breizh-info.com : Pouvez-vous vous présenter, ainsi que votre parcours professionnel.

Arnaud POTIER 50 ans, marié et père de 2 garçons de 20 et 26 ans. Je suis né à Reims (51) le 9 mars 1965. J’ai travaillé dans l’industrie automobile de 1983 à 2003 exerçant un poste de cadre technique les 9 dernières années. J’ai accepté un poste de cadre technique en Bretagne à Quimper en 1998, j’ai donc déménagé avec ma femme et mes enfants pour rejoindre cette Bretagne tant rêvée.

Je quitte l’industrie automobile en 2003 et je crée ma propre entreprise de construction de Maison Ossature Bois à Pont L’Abbé (29120). D’une création en 2003 nous sommes aujourd’hui une entreprise de 14 salariés qui évolue dans le domaine de construction de maison ossature bois et d’extension ossature bois.  Ouest Wood Habitat www.owh.fr

Breizh-info.com : Vous avez décidé de quitter le RSI. Pourquoi cette démarche ? Quel est l’état de l’assurance santé des Français aujourd’hui ?

Le RSI n’est pas indexé sur le salaire ni même sur le CA, d’ailleurs vous pouvez les appeler (enfin si vous y arriver) pour leur demander de vous expliquer CLAIREMENT le calcul des cotisations de leur système. Ils ne savent même pas vous répondre, bref ,,,,,,,,

En tant que chef d’entreprise je suis (J’ETAIS) l’un des plus taxé des français et un des moins bien assuré.

La sécu Française me rembourse 12€  sur une paire de lunette à 550 €, donc je dois souscrire à une mutuelle très chère et qui en plus et c’est le comble, ne rembourse pas tout. J’ai 30 jours de carence si je suis malade, je suis obligé de prendre une complémentaire très couteuse.

Pour ma retraite je cotise fortement dans un système qui ne me rendra que 50 % de ce que j’ai versé, enfin si il reste quelques chose ..Si je perds mon entreprise je n’ai le droit à rien !

J’ai décidé de quitter le RSI parce que c’est légal, que c’est moins cher que la sécurité sociale française et que je suis mieux assuré.

Les Français dépensent des fortunes (180 milliards d’euros) pour l’assurance maladie de la Sécurité sociale alors qu’ils pourraient dépenser beaucoup moins en s’assurant dans un système concurrentiel  (sociétés d’assurance, mutuelles, institutions de prévoyance), donc mieux conçu et mieux géré. La différence, c’est ce qui leur permettrait de consommer et d’investir, et cela relancerait la croissance dans notre pays.

Breizh-info.com : Que répondez-vous à ceux qui vous taxeraient d’individualistes ? Quels sont les principaux détournements de la solidarité nationale selon vous aujourd’hui ?

Individualiste ? J’ai quitté le RSI pour sauver mon entreprise et ses salariés. Si mon entreprise s’arrête, elle ne paiera plus de salaires, de charges sociales et d’impôts, et de nouveaux chômeurs viendront s’ajouter aux 5 millions de Français qui sont sans emploi.

Personne, en France, n’est plus solidaire qu’un chef d’entreprise. Mais le système social français tue les entreprises à coup de charges démentielles pour assister des millions de gens à qui on ne demande pas de cotiser.

Breizh-info.com : On parle beaucoup de l’AME (Aide médicale d’Etat), attribuée notamment à tous les étrangers en France. Votre opinion là dessus ? 

L’AME ne pèse qu’environ un milliard d’euros. C’est beaucoup d’argent, mais ce n’est qu’un faible pourcentage des dépenses d’assurance maladie. Le problème est qu’il n’y a aucune raison pour que les assurés sociaux prennent en charge « toute la misère du monde », comme le disait Michel Rocard. Car cela ne peut qu’inciter de plus en plus d’étrangers à venir en France pour bénéficier de soins gratuits.

Breizh-info.com : Quel est le but de votre réunion d’information ? Le Mouvement des Libérés est-il développé en Bretagne ? Quels sont les objectifs à terme ? 

Nous voulons faire connaître leurs droits aux Bretons. L’Etat les leur cache depuis plus de 20 ans. Ils sont libres de s’assurer en dehors de la Sécurité sociale et doivent pouvoir le faire sans entraves, si c’est leur choix. A terme, à court terme, la Bretagne va ainsi renaître économiquement. Nos réunions attirent beaucoup de monde. Il y avait 500 personnes à Loperhet le 26 janvier dernier.

Breizh-info.com : Comment réagit la Sécurité sociale à la fuite des entrepreneurs notamment ? Etes-vous vous pourchassés ?

La Sécurité sociale réagit comme tout pouvoir totalitaire bousculé par la contestation, c’est-à-dire stupidement, en brandissant des lois qui ne disent pas ce qu’on veut leur faire dire, en menaçant à tout va, en mentant effrontément. Mais elle n’effraie plus personne. Et surtout pas les Bretons. Nous avons la loi pour nous, personne ne pourra arrêter notre Mouvement.

Breizh-info.com :  Sur le plan politique, y-a t-il des initiatives en faveur d’une libération de la sécurité sociale ? N y a t-il pas un risque d’une sécurité à deux vitesses, à l’américaine, où les pauvres seraient laissés sur le carreau ou pourraient moins bien se soigner que les riches ?

Tous les partis politiques veulent maintenir ce système spoliateur. Etonnez-vous que les Français ne veuillent plus entendre parler d’eux, tous bords confondus.

Nous Français, nous nous libérerons sans les politiciens. Ce qui signifie leur éviction prochaine. Quant à une sécurité sociale à deux vitesses, à l’américaine, c’est une plaisanterie. La CMU, en France, couvre tous ceux qui ne sont pas assurés.

Elle sera maintenue jusqu’à ce que, grâce à la liberté de la protection sociale, il n’y ait plus de pauvres en France. Et vous verrez, avec la liberté, cela viendra très vite. Alors vive la liberté !

Conférence le lundi 9 mars, sur réservation uniquement (possible en ligne ici) . A Pont l’ Abbé – Salle le Triskell – Rue Mstislav Rostropovitch, – 29120 Pont-l’Abbé

 Photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire