mercredi 21 janvier 2015

Le bisphénol A, jugé sans risque pour la santé des consommateurs?


L'Autorité européenne pour la sécurité des aliments vient de trancher : l'exposition actuelle des consommateurs au bisphénol A est sans risque pour leur santé.



Ségolène Royal alerte sur les dangers du bisphénol by Agence France-Presse

L'exposition au bisphénol A "aux niveaux actuels" "ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs", même si de nombreux doutes restent à tirer au clair, a tranché mercredi 21 janvier 2015 l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments, dans un rapport très attendu. A l'issue d'une "réévaluation complète" lancée en 2012, de cette substance, considérée comme un perturbateur endocrinien, l'Agence (Efsa) préconise certes de diviser par douze le seuil de sécurité pour l'exposition humaine. Mais l'exposition humaine réelle à cette substance est "de trois à cinq fois inférieure" à ce nouveau "niveau sans danger", selon l'Efsa.

Des incertitudes sur les effets néfastes

SEUIL. Ce nouveau seuil, ou "dose journalière tolérable" (DJT), doit être ramené à 4 microgrammes (mg) par kilo de poids corporel contre 50 mg actuellement, recommande-t-elle. Banni des biberons européens depuis 2011, cet antioxydant et plastifiant est notamment utilisé dans les contenants alimentaires et tickets de caisse. L'Agence pointe aussi des "incertitudes sur les effets sanitaires potentiels du BPA sur la glande mammaire ainsi que sur les systèmes reproductif, métabolique, neurocomportemental et immunitaire", et ses effets indésirables possibles à haute dose "pour les reins et le foie". Ces effets, ainsi qu'une possible incidence sur le développement de cancers, notamment du sein, "sont considérés comme peu probables mais n'ont pas pu être exclus". Le BPA "pourrait aussi avoir des effets sur la glande mammaire chez les animaux".


Une étude à venir pour estimer les risques liés à l'exposition cutanée

DOUTES. Les experts de l'Efsa reconnaissent également manquer de données sur l'exposition cutanée, ce qui selon l'un d'entre eux, Trine Husoy, "accroit les incertitudes entourant les estimations relatives au papier thermique et aux cosmétiques". Mais l'Agence assure avoir intégré tous ces doutes dans son évaluation du nouveau DJT. Face aux anti-BPA, dont les autorités françaises qui ont généralisé son interdiction à tous les contenants alimentaires, l'Agence prône la patience pour tirer l'affaire au clair. Elle renvoie notamment aux résultats, attendus "dans deux à trois ans", d'une étude menée dans le cadre du programme national de toxicologie des Etats-Unis.

Dans un rapport intermédiaire en janvier 2014, l'Efsa se montrait plus prudente, jugeant que le BPA pouvait être nocif, même s'il présentait un risque sanitaire "faible" au vu des taux réels d'exposition. L'Agence européenne, régulièrement accusée par les défenseurs de l'environnement et des consommateurs de parti pris en faveur de l'industrie, a finalisé cet avis via une consultation publique en ligne. 


UTILISATIONS. Le BPA est un composé chimique utilisé dans la fabrication de matériaux en contact avec des aliments, tels que des articles de vaisselle réutilisables en plastique ou des revêtements de boîtes de conserve ou de canettes (principalement en couche de protection). Le BPA est aussi communément employé dans le papier thermique habituellement utilisé pour les tickets de caisse. Des résidus de BPA peuvent migrer dans les aliments et les boissons et être ingérés par le consommateur. Le BPA issu d'autres sources que les sources alimentaires, y compris le papier thermique, les cosmétiques et la poussière, peut être absorbé à travers la peau et par inhalation.

2 commentaires:

  1. Anonyme21.1.15

    Mais pour qui nous prennent ces ploucs de Bruxelles !!! maintenant ce n'est pas dangereux le Bisphénol A, et les ogm ? d'ailleurs ont été légalisé il y a peu par la commission Européenne ( L'Europe qu'on a refuser ) ah elle est belle la république et la démocratie des franc maçons.

    L'Autorité européenne ( les non élus ) à la solde des multinationales.
    Fait chier, nom de nom ce n'est pas pour Charlie qui faut se lever mais pour enlever les politiciens.

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme22.1.15

    on constate un fait simple c'est que ces tetes creuses ont ete nourris aux OGM, bisphenol et vaccins,chemtrails et le reste:le resultat
    est a la hauteur de leur choix,leurs decisions sont vide de bon sens,ils sont dangereux pour le monde et les citoyens....ils sont libre de
    bouffer ces "merdes" mais sont totalitariste que d'imposer cela aux peuples..c'est pour ces ingerences et irresponsabilités que l'europe s'effondre.
    quelle tristesse.

    RépondreSupprimer