lundi 19 janvier 2015

Ce que Nicolas Sarkozy coûte à la France


On savait que les anciens présidents de la République (Giscard, Chirac, Sarkozy) coûtaient à l'Etat environ 5 millions d'euros par an. La faute à une simple lettre de 1985, signée Laurent Fabius (à l'époque Premier ministre) qui évoquait les privilèges accordés aux anciens présidents de la République. Mais on n'avait jamais su combien cela coûtait réellement à l'Etat.

Selon Mediapart, l'actuel président de l'UMP bénéficie d'avantages payés par la République française. C'est d'ailleurs le cas pour tous les anciens présidents français depuis 1985. Mais pour "Sarko", la facture est plutôt salée.

D'après Mediapart, et documents à l'appui, Nicolas Sarkozy a coûté 1,6 million d'euros à la France depuis son départ de l'Elysée (à savoir mai 2012).

Un loyer de 16.341 euros par mois
L'actuel président de l'UMP s'est désormais installé rue de Miromesnil (8e arrondissement de Paris). Le loyer: 16.341 euros par mois, soit près de 200.000 euros par an. En y ajoutant le mobilier, on arrive à plus de 570.000 euros, toujours selon Mediapart. L'État français prend aussi en charge l'équipement de ses bureaux en lampes, tables, matériel informatique ou encore téléphones. "Sarko" roule en Citröen C6V6 HDI Exclusive. La facture d'achat de cette voiture haut de gamme (44.141 euros) a évidemment été envoyée à la République française.

Sans oublier la rémunération de ses collaborateurs (cinq fonctionnaires et cinq conseillers contractuels) pour 660.000 euros net par an. Au total, le montant des avantages accordés en toute légalité à Nicolas Sarkozy s'élève à 1,6 million d'euros depuis deux ans et demi.

"Comme Chirac et Giscard"

La conseillère en communication de Nicolas Sarkozy, Véronique Waché, a apporté quelques précisions à Mediapart. "Il reste ancien président. La circulaire de 1985 s'applique donc, comme pour Chirac et Giscard. Il travaille trois jours par semaine à l'UMP et deux jours rue de Miromesnil", conclut-elle.

On en connaît désormais les moindres détails grâce à un citoyen, Raymond Avrillier, qui a réclamé ses documents au nom de la loi du 17 juillet 1978, qui permet à tout citoyen de consulter des documents détenus par une administration dans le cadre de sa mission de service public. En l'occurrence, Avrillier a demandé à Matignon de lui fournir les documents synthétisant les moyens fournis par l'Etat à Nicolas Sarkozy. Faute de réponse au bout d'un mois, il a saisi la Cada (Commission d'accès aux documents administratifs), une autorité indépendante qui veille au respect des obligations des administrations. La Cada ayant donné son feu vert, Matignon a été contraint de transmettre les documents demandés. Et Raymon Avrillier a ensuite transmis ses documents à Mediapart.

Cinq jours après sa défaite, Sarkozy achète une voiture neuve


Le résultat est stupéfiant et fera l'objet de plusieurs brèves sur Politique.net. Car comme on le pressentait, l'Etat ne regarde pas à la dépense quand il s'agit des anciens présidents de la République. Exemple ? La voiture de Nicolas Sarkozy. Comme tous les anciens présidents de la République, il a une voiture de fonction. Seulement, on ne connaissait par les détails. Que voici : cinq jours seulement après la défaite de Sarkozy à l'élection présidentielle de 2012, une Citroën C6V6 HDI Exclusive, présentée comme "la dernière limousine française haut de gamme", a été achetée "à un vendeur Citroën de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine)" et elle a été "agrémentée d'un « toit ouvrant électrique » et d'un « pack lounge »", révèle Mediapart. Une voiture neuve, avec options, dont Sarkozy ne paie évidemment pas l'essence (4 046 euros par an), ni l'entretien (5 301 euros par an). Vu le montant de sa retraite (6 000 euros) et ses revenus (100 000 euros, la conférence en moyenne), était-ce bien nécessaire ?

Source   Mediapart,  vu sur  http://www.7sur7.be     http://www.politique.net

1 commentaire:

  1. Anonyme20.1.15

    pour un violeur d'enfants et assassin de kadhafi entre autre, de quel côté sont les peuples pour continuer à financer ces dégénérés ? réveillez-vous !

    RépondreSupprimer