lundi 29 décembre 2014

Bientôt un baril de pétrole à 20 dollars ? Attention au krach pétrolier aux Etat-Unis


"Il n'est pas dans l'intérêt des producteurs de l'OPEP de baisser leur production, quel qu'en soit le prix", a déclaré au Financial Times Ali al-Naimi, le ministre saoudien du pétrole depuis 1995, la personnalité considérée comme la plus influente de l'industrie énergétique mondiale. Même si le prix du baril atteignait 20 dollars, précise-t-il. Dans la revue spécialisée Middle East Economic Survey, il affirme que, selon lui, le baril de pétrole ne reviendra jamais à 100 dollars, suggérant par-là que les prix actuels perdureraient sur le long terme.

Pourquoi une telle obstination ? Cette politique n'a rien de suicidaire, au contraire : si l'Arabie Saoudite se mettait à baisser sa production, "les prix repartiraient à la hausse, et les Russes, les Brésiliens et les producteurs américains de pétrole de schiste prendraient notre part", explique-t-il. Pour bien enfoncer le clou, le ministre saoudien a rajouté que l'Arabie Saoudite et les pays du Golfe pouvait aisément supporter un prix du baril de pétrole extrêmement bas puisque leur coût de production s'élève à 4 à 5 dollars. À l'inverse, celui du pétrole de schiste américain est estimé entre 70 et 80 dollars. "Ils seront blessés avant que nous ressentions la moindre douleur".

Manifestement, les pays du Golfe veulent absolument éviter que les Etats-Unis deviennent énergiquement indépendants, et cherchent carrément à saborder un pan entier de leur économie. La première puissance mondiale va-elle rester les bras croisés, ou va-t-elle rappeler que leur sécurité dépend d'elle ? Nous verrons, mais la tendance écrite par les prix est très claire.

La facture de ce baril à prix bas risque d'être douloureuse : "La chute des prix du brut menace de mort 1.000 milliards de dollars de projets énergétiques" titre le Financial Times. Aux Etats-Unis, les producteurs pétroliers ont emprunté environ 500 milliards de dollars pour financer leurs nouveaux forages. Comment vont-ils rembourser cette dette avec un prix du baril inférieur à leur coût d'extraction ?

Une grande partie de la timide reprise économique américaine provient du secteur pétrolier, mais désormais, il semble qu'il faille se préparer à l'éclatement d'une bulle. Car au-delà des fondamentaux (un baril à 100 dollars, ce qui rentabilise l'exploitation du schiste), désormais hors-jeu, ces investissements ont été excessivement encouragés par la politique de taux zéro de la Fed, exactement comme les subprimes avaient reçu le renfort de la baisse des taux initiée par Alan Greenspan après 2001. Jamais autant de projets n'auraient été lancés avec des taux d'intérêt réels positifs et significatifs, ce qui correspond à la situation normale d'une économie. Encore une fois, la Fed peut s'en mordre les doigts.

Bien sûr cette baisse du prix du pétrole augmente mécaniquement le pouvoir d'achat des Américains, avec tous les effets positifs que cela induit, mais la progression des revenus des ménages jusqu'en 2007 n'a en rien amoindri le krach des subprimes, ces grandeurs ne fonctionnent pas dans le même registre. Nous n'en sommes qu'au début, mais cette bulle du pétrole qui éclate illustre les méfaits du dirigisme en économie : l'OPEP qui n'est rien d'autre qu'un oligopole cherchant à contrôler les prix (pourquoi l'OMC et l'UE n'engagent-elles pas de poursuites pour défendre la concurrence "libre et non faussée" ?), et la Fed qui impose son taux directeur à zéro. Ces deux organismes étatiques sont lancés comme deux trains fonçant l'un vers l'autre, le choc va faire mal.



1 commentaire:

  1. Anonyme30.12.14

    quenelle pour les amerlocs,bientot des "locs" bravo pour les peuples ! a quand l'energie libre qu'ils nous ont volé ??

    RépondreSupprimer