mardi 25 novembre 2014

Un géant du BTP se lance dans l’impression 3D de béton


Un géant du BTP se lance dans l’impression 3D de béton

Skanska, le géant suédois de la construction, annonce avoir signé un accord avec l’université britannique de Loughborough pour le développement et la commercialisation d’un robot capable d’imprimer en 3D à partir de béton.



En vidéo, la présentation des travaux de l’université de Loughborough :

En 2010, un premier bloc, prenant la forme d’un banc, fut imprimé en 3D et présenté par l’université de Loughborough

Le projet dénommée Freeform Construction prendra part aux travaux menés depuis 2007 par Richard Buswell et Simon Austin, tous deux chercheurs au sein du laboratoire IMCRC (pour Innovative Manufacturing and Construction Research Centre) de l’université Loughborough. Depuis 7 ans, l’équipe de scientifique développe un procédé reposant sur la déposition successives de couches de béton à partir de plans créés par ordinateur. D’ici quelques mois, le robot devrait être capable de concevoir des blocs d’un volume de 2 x 2,5 x 5 mètres.

« Nous avons régulièrement des demandes de la part de personnes intéressés dans nos travaux, certaines de la part de grandes entreprises, mais Skanska est celle qui a montré le plus d’intérêt dans le potentiel de la technologie et a souhaité créer un consortium d’acteurs autour de la technologie afin de développer une version commerciale de notre prototype, » explique le Richard Buswell.

Le laboratoire confirme que la technologie devrait être prête à l’emploi d’ici 12 à 18 mois alors que la production des premières unités devraient suivre dans les mois suivants. « L’impression 3D de béton, combiné à un type d’unité mobile de préfabrication, a le potentiel de réduire les temps nécessaires à la construction d’éléments complexes de bâtiments de plusieurs semaines à quelques heures. Nous devrions atteindre un niveau de qualité et d’efficacité jamais atteint à ce jour dans le domaine de la construction » commente Rob Francis, directeur de l’innovation chez Skanska.


L’intérêt d’une telle technologie dans le secteur du bâtiment n’est pas nouveau. En avril dernier, des premières maisons imprimées en 3D voyaient le jour en Chine grâce à la société Shanghai WinSun Decoration Engineering Co alors que la société slovène BetAbram annonçait quelques semaines plus tard sa volonté de commercialiser une gamme d’imprimantes 3D capables de fabriquer des structures de maisons.

Récemment, le baromètre européen d’architecture dévoilait un rapport intitulé « Tendances en design architectural et en technologie » avec un focus sur l’impression 3D. Cette étude réalisée auprès de 1 600 architectes en Europe analysait l’avenir de la technologie dans le secteur de la construction. En tête, l’Espagne et l’Italie étaient les deux pays les plus convaincus du recours à l’impression 3D dans ce secteur, suivi de près par la France et la Hollande alors que les britanniques apparaissaient comme les plus sceptiques.

Source : http://www.3dnatives.com

1 commentaire:

  1. Anonyme27.11.14

    je n'ai aucune confiance dans ces constructions, rien ne remplacera la main de l'homme

    RépondreSupprimer