lundi 24 novembre 2014

Le premier bus roulant grâce à du gaz naturel produit à partir de déjections humaines et des restes de nourriture


Vous ne pensiez pas que les excréments humains pouvaient avoir de nombreux usages ? Au Royaume-Uni, le premier « bus caca » fera la navette entre la ville de Bath et de l’aéroport de Bristol. Eh oui, vous l’aurez deviné : il est alimenté par des déchets humains, aux côtés de déchets alimentaires.

Le premier bus roulant grâce à du gaz naturel produit à partir de déjections humaines et des restes de nourriture a été mis en circulation au Royaume-Uni jeudi dernier, entre la ville de Bath et l’aéroport de Bristol.

Ce « Bio — bus » roule au biométhane, un gaz produit à partir de traitement des eaux usées et de la nourriture qui est impropre à la consommation humaine. Le véhicule se veut plus propre et plus respectueux pour l’environnement que n’importe quel autre bus circulant traditionnellement au diesel.

Les déchets alimentaires annuels et les eaux usées d’une personne sont suffisants pour alimenter le bus pour une distance d’environ 60 kilomètres. Un réservoir assure une autonomie maximale de 300 kilomètres au bus soit l’équivalent de déchets cumulés de 5 personnes par an. Les ingénieurs estiment que le bus pourrait fournir un moyen durable d’alimenter les transports publics tout en améliorant la qualité de l’air urbain.

C’est la compagnie Geneco qui sera en charge de produire le biogaz. Chaque année, environ 17 millions de mètres cubes de biométhane sortent des usines, soit assez pour alimenter environ 8300 foyers. Et à partir de cette semaine, ils ont commencé à injecter du gaz généré par les déchets humains et des restes de nourriture dans le réseau national de gaz du Royaume-Uni.

« Une maison qui utilise du biométhane est capable de remplacer environ 10 % des besoins en gaz domestique au Royaume-Uni et est actuellement le seul carburant renouvelable disponible pour les poids lourds. Le bus montre aussi clairement que nos excréments humains et nos déchets alimentaires sont des ressources précieuses », nous explique Charlotte Morton, directrice de l’association anglaise pour le biogaz et la digestion anaérobie.


Et les odeurs alors ? Geneco nous assure que le gaz rejeté par le bus est inodore. Soulagé ?

2 commentaires:

  1. Anonyme25.11.14

    devraient mettre tt leur gouvernement ou plutot leur gouvernequiment la dedans ce serait conforme a leurs pensées.

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme26.11.14

    cela doit sentir bon dans les rues

    RépondreSupprimer