vendredi 3 octobre 2014

Vingt heures de garde à vue pour avoir présenté… un vrai billet de 500 euros


Pour régler des achats d'un montant de 210 euros dans un magasin Leclerc de Douai, un couple de Guinéens a présenté un billet de 500 euros. Ce sera le point de départ d'une histoire, longue et absurde, qui les verra passer plus de vingt heures en garde à vue, raconte La Voix du Nord.
A la vue de ce très rare billet violet, la caissière soupçonne la fausse coupure. Sans même chercher à le passer au détecteur, elle prévient sa hiérarchie. Une telle somme, "c’est très rare, forcément, on est méfiant", se justifient les responsables du magasin.

Sans utiliser un détecteur donc – "On a des détecteurs de faux billets, mais ils ne sont pas fiables à 100 %" – les gérants examinent à plusieurs reprises le billet en question. "Il y avait de gros doutes sur ce billet, il est passé dans plusieurs mains", expliquent-il, avant d'arriver à la conclusion logique du processus : "On a appelé la police."

C'est là que l'histoire prend un tournant absurde car – toujours sans avoir utilisé le moindre détecteur – les policiers décident d'interpeller le couple, qui passera très exactement vingt heures de garde à vue au commissariat, du lundi 29 septembre à 15 heures au mardi 30 à 11 heures.

"Dès qu’il y a de l’humain, il peut y avoir de l’erreur"

Saisi de l'affaire, le parquet de Douai a expliqué qu'il "a fallu mener toutes les investigations car le papier paraissait effectivement curieux". Une banque a été appelée en renfort pour "authentifier" la coupure, qui s'est avérée être un vrai billet de 500 euros.

Eric Vaillant, procureur de la République de Douai, a répondu un peu gêné, aux questions de France 3, en se disant "désolé pour le couple gardé à vue". Il rappelle néanmoins, pour expliquer la méfiance des caissières, des policiers et du parquet, que de plus en plus de faux billets circulent dans la région.
Chez Leclerc, on est aussi un peu embarrassé, mais droit dans ses bottes quand même. "On comprend que ça n’a pas dû être agréable, c’est sûr, mais on n’a fait qu’appliquer les directives", se justifient des membres de la direction, toujours cités par La Voix du Nord. Ils se défendent également de toute discrimination.

"On avait des soupçons sur le billet, pas sur les clients. On a 1 200 000 passages en caisse par an, dans 99 % des cas on ne se trompe pas. Là, on a fait confiance à l’humain. Or, dès qu’il y a de l’humain, il peut y avoir de l’erreur."

Ce n'est pas l'avis de Aggeex Hutin, présidente d'une association de lutte contre les discriminations sise à Douai. Sur France Info, elle prend la défense de ce couple "humilié" et demande "des excuses publiques" :


"Parce que ça veut dire que tout Africain qui va se diriger dans un commerce avec un billet de 500 euros va être vu comme quelqu'un qui utilise de la fausse monnaie. Vous voyez le genre de message qu'on veut faire passer."





Source: http://bigbrowser.blog.lemonde.fr

3 commentaires:

  1. Le billet avait une belle couleur normale, mais ce sont nos guinéens qui n'avaient peut-être pas la bonne couleur de peau !

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme4.10.14

    parano a l'americaine ! vu les frequentations noseabondes que nous avons au pouvoir et de leurs laquais dociles

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme7.10.14

    de toute façon tous les euros sont faux puisque fabriqués par les faux monnayeurs à Bruxelles depuis fin 2012

    RépondreSupprimer