mercredi 8 octobre 2014

Près d'une douzaine d'institutions financières sont visées par une enquête.


Le ministère de la Justice en amérique envisage d'enquêter et de charger plusieurs des plus grandes banques du monde pour des crimes liés à la manipulation sur les marchés des changes et devises,

Selon le New York Times, les procureurs fédéraux ont l'intention d'inculper les employés des banques pour la manipulation des devises, en utilisant leur messages instantanés comme preuve.
La différence de ces dernières enquêtes sur des titres adossés à des créances hypothécaires, la négociation qui a pris fin avec des amendes de plusieurs millions de dollars qui etaient versés par les banques elles-mêmes.

Le Times rapporte que près d'une douzaine d'institutions financières sont visées par l'enquête, y compris la Deutsche Bank, Citigroup, JP Morgan Chase, Barclays, et UBS.

Le Times rapporte également que les personnes accusées dans le cadre de la manipulation des devises seraient probablement les commerçants et leurs supérieurs immédiats, par opposition au cadres supérieurs des entreprises.

Pendant ce temps, le Wall Street Journal rapporte que les régulateurs américains et britanniques sont en pourparlers avec la Deutsche Bank pour résoudre une enquête sur les allégations selon lesquelles l'entreprise a manipulé la référence interbancaire à Londres ( le Libor) .

Le Journal rapporte que le montant payé par la Deutsche Bank pourrait atteindre des centaines de millions de dollars.

Le ministère de la Justice a ciblé plusieurs banques pour des actions liées à la crise financière de 2008. Plutôt cette année, Bank of America a payé 16,7 milliards pour régler des accusations qu'il ont induit en erreur les investisseurs à acheter des titres adossés à des hypothèques à risque.

Des enquêtes similaires ont été réglées avec des gains de 13 milliards de dollars de JP Morgan Chase en Novembre 2013 et 7 milliards de dollars de Citigroup en Juillet.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire