jeudi 16 octobre 2014

En 2016, le plein électrique en 2 minutes 51!


Une équipe de chercheurs de l’Université Technologique de Nanyang (NTU)… annonce avoir mis au point une batterie qui se recharge à 70% de sa capacité en deux minutes seulement.

Et ce n’est pas tout, car cette batterie pourrait être utilisée durant 10.000 cycles, là où nos batteries lithium-ion ne peuvent qu’en conserver 500! A comprendre que la durée de vie de ces batteries est d’environ 20 ans, c’est-à-dire 10 fois plus que les batteries lithium-ion actuelles.

Et alors? Cette percée est très importante pour les véhicules électriques, car la batterie dure plus longtemps et surtout le plein serait fait en 2 minutes!

—————–
Cette prouesse est rendue possible en accélérant la réaction chimique qui se déroule à l’intérieur de la batterie. Pour cela, les chercheurs ont, entre autres, remplacé la traditionnelle anode en graphite par des nanotubes de dioxyde de titanium.

Le dioxyde de titane est un matériau abondant, pas cher et de sécurité se trouvant dans le sol. Il est couramment utilisé comme additif alimentaire ou dans des crèmes solaires pour absorber les rayons ultraviolets nocifs.


Ces batteries devaient être commercialisées en 2016.

2 commentaires:

  1. Anonyme17.10.14

    Bravo pour ces chercheurs chinois, belle prouesse, je pense que nous aurons la technologie car au contraire de ce qu'on dit la Chine développera ses batteries au monde pas comme les USA Israël et l'Europe qui empêchent les découvertes au nom du capitalisme , la dictature elle est chez nous, il faut lavé son cerveau de ce qu'on à entendu à la TV depuis des décennies.

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme24.10.14

    encore des nanotechnologies, vivement les énergies libres, la fusion froide, les nanotechnologies sont maintenant partout, dans les emballages, dans les chemtrails, dans les aliments des supermarchés, fuyez les carrefour et compagnie, les vêtements,etc., les nanoparticules 80.000 fois plus petites qu'un cheveu, pouvant facilement s'immiscer dans le cerveau, passer la barrière encéphalique, et partout dans nos organes, vive le progrès !

    RépondreSupprimer