mercredi 11 juin 2014

12.000 euros d'amende requis contre un prêtre hébergeant des sans-abri


Une quarantaine d'étrangers sont hébergés dans son église, à Saint-Etienne. Le religieux comparait ce mercredi devant le tribunal de police, mais jure qu'il ne peut pas « laisser dormir un bébé dehors ».




L'invité de France Bleu Saint-Etienne Loire Matin par francebleu-stetienneloire

«La justice pourra dire ce qu'elle veut, il m'est absolument impossible de laisser dormir un bébé dehors». Gérard Riffard, prêtre à Saint-Étienne, est convoqué ce mercredi devant le tribunal de police, pour avoir hébergé des demandeurs d'asile au sein de l'église Sainte-Claire. La justice a requis une amende de près de 12.000 euros. Le jugement a été mis en délibéré au 10 septembre.

Une quarantaine de personnes, dont une dizaine d'enfants, dorment dans une vaste salle de réunion attenant à l'église et dans une de ses chapelles, où des dizaines de matelas ont été entassés. «C'est une solution qui n'arrange personne. Le confort est plus que spartiate. Le but est qu'ils trouvent vite un autre hébergement. Mais en tant que chrétien, c'est mon devoir de tendre la main aux personnes les plus pauvres», explique le religieux, très engagé dans l'accueil des étrangers.

«Que doit faire un prêtre, un chrétien?»

L'accueil de personnes demandeuses d'asile a commencé en 2007. D'abord, seulement les nourrissons, puis les mères avec bébé… Il est vite devenu difficile de trier pour qui la misère était la pire, raconte-t-il. «Les réfugiés que j'accueille viennent majoritairement de République démocratique du Congo, d'Angola, etc. Ils ont quitté leur pays car ils étaient en danger de mort», poursuit Gérard Riffard.

En août 2012, la commission municipale de sécurité est venue inspecter les locaux de l'église. Impossible d'héberger qui que ce soit dans ces conditions, estiment ses membres.

En février 2013, un arrêt de fermeture est pris, ainsi justifié: «l'accueil pour le sommeil n'est pas une utilisation normale des locaux de l'église.» Mgr Dominique Lebrun, diocèse de St-Étienne, a publié un texte affichant son soutien auprès de Gérard Riffard: «Que doit faire un prêtre, un chrétien: laisser des personnes à l'insécurité de la rue ou bien leur ouvrir sa modeste porte? 

‘Tu aimeras ton prochain comme toi-même et moi, je vous le dis, aimez vos ennemis… Ce sont deux paroles de Jésus.»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire