lundi 6 juillet 2015

LES GRECS VIENNENT DE DONNER DE TRES MAUVAISES IDEES AU RESTE DE L'EUROPE !


Une des quatre plus grandes banques grecques est déjà en panne de billets de banque. Il s'agit de la Eurobank. De plus, il n'est pas du tout certain que toutes les banques vont reouvrir leurs portes (suis sur place, vous tiendrai informés), sachant que Bruxelles avait menacé Athènes des pires représailles si les Grecs votaient mal. Well, il se trouve qu'ils ont vraiment très mal voté, à 61%, un raz-de-marée, un plébiscite total pour la fierté d'un peuple qui refuse l'esclavage par la dette.

Le vote est d'autant plus lourd que cela va donner des ailes à tous les partis d'extrême gauche et extrême droite européens. L'Italie, le Portugal, l'Espagne POURRAIENT EUX AUSSI DEMANDER L'AVIS DU PEUPLE... pour passer leurs échéances de 20 ans sur 50 ans, voir sur 100...

Et d'ailleurs, l'Iralnde va s'y coller la première, ici le premier article dans l'Irish Times, appellant à demander une réduction de la dette à la grecque. Vous voyez le cauchemar pour les technocrates-voleurs-marionnettes-traîtres (et non élus) de Bruxelles ?


Désormais tout leur plan pour protéger les banques européennes et américaines est à terre

Certes, Tsiparas ne veut pas quitter l'euro, mais les technocrates européens l'avaient prévenu qu'en cas de mauvais vote, la Grèce sera exclue de l'euro. Voyez ce que disait encore Martin Schultz, le pantin de Washington, la semaine passée, menaçant les Grecs pendant la campagne électorale: ""Une victoire du NON au référendum en Grèce forcerait le pays à introduire rapidement une nouvelle monnaie ... Si les Grecs votent non ils devront introduire une autre monnaie, puisqu'ils n'auront plus d'euros à disposition comme moyen de paiement ... Comment sont-ils censés payer les salaires? Et les retraites? Mais du moment où quelqu'un introduit une nouvelle monnaie, il sort de l'euro"", lire ici 7sur7, merci à Mr Nichols.

Même l'ancien ministre grec Kostas Karamanlis avait annoncé sur les télés qu'un NON aménerait forcément la Grèce à sortir de l'Europe.

Reste à voir si Bruxelles et Francfort vont maintenant mettre leurs menaces à exécution... et surtout fermer le robinet de l'ELA (le fonds de secours) aux banques grecques. Si tel est le cas, la semaine à venir risque d'être assez sportive ici. Varoufakis a promis l'ouverture des banques grecques pour mardi. Je reste sur place.


PS: A voir ses messages, Jean-Luc Melenchon se voit déjà Président de la République en 2017... Encore faudrait-il que Hollande y parvienne, ce qui à mon sens n'est pas certain. Zeus pourrait s'en mêler... (je suis pile en face de son temple) Revue de Presse par Pierre Jovanovic 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire