samedi 9 mai 2015

Les combustions spontanées


Combustion spontanée est une terminilogie qui a été retenue par les chercheurs privés. Terme aussi utilisé par les enquêteurs. On devrait plutôt dire ; combustion non identifiée.

En effet, d’une part un corps humain ne peut pas flamber tout seul, même si certains esprits obtus, chez les scientifiques, prétendent que c’est possible, mais en théorie seulement. D’autre part, toutes les victimes ont seulement la partie supèrieure du corps carbonisée alors que la partie infèrieure reste plus ou moins intacte.


Combustion Humaine Spontanée by alalumieredunouveaumonde

La combustion paraît avoir débuté en un endroit indéterminé à l’intérieur de la poitrine des victimes et le feu ainsi que la chaleur ne se sont pas propagés dans l’environnement immédiat. C’est notamment le cas quand la victime vivait seule à son domicile verrouillé de l’intérieur et qu’aucun incendie ne se soit propagée là où elle a péri. N’oublions pas l’absence de cris de la victime, car rien n’a été perçu par d’éventuels voisins.

Ce qui veut dire qu’elles ont subi une mort affreuse par crémation, dans le plus grand silence, peut-être même sans s’en rendre compte, comme si tous leurs sens avaient été annihilés.

Les investigations policières échouent systématiquement. En fait, comme les combustions spontanées d’êtres humains représentent l’un des nombreux phénomènes dispensés peut-être par une intelligence supèrieure, elles rentrent dans le cadre du "paranormal".

Ces phénomènes sont connus depuis au moins le XVIIe siècle. Au XVIIIe siècle, un certain Jonas Dupont a publié en 1763, à Leyde (Hollande), un petit ouvrage, titré : De incendis Corporis Humani Spontaneis. Ce type de drame apparaît surtout dans les volumes de la jurisprudence médicale, mais aussi dans la littérature populaire. Par exemple Dickens, Zola, et bien d’autres auteurs n’ont pas manqué d’y faire allusion dans certaines de leurs oeuvres.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire